Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 14 Déc 2018, 20:24

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Varennes
MessagePosté: 18 Oct 2005, 00:05 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5753
Localisation: Dans son monde...
:arrow: Varennes. La mort de la royauté, c'est le titre d'un inédit de Mona Ozouf, qui vient de paraître et relance la collection des Journées qui ont fait la France, chez Gallimard (433 pages, 24 €)

Image

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Présentation de l'éditeur

"L'équipée de Varennes ne figure pas dans le canon des « journées révolutionnaires » : ni foules anonymes en fureur, ni sang versé, ni exploits individuels, ni vaincus. À Varennes, un roi s'en est venu, un roi s'en est allé, avant de retrouver une capitale sans voix et une Assemblée nationale appliquée à gommer la portée de l'événement. Autant dire une journée blanche.
Et pourtant, ce voyage apparemment sans conséquence fait basculer l'histoire révolutionnaire : il éteint dans les esprits et les cœurs l'image paternelle longtemps incarnée par Louis XVI ; met en scène le divorce entre la royauté et la nation ; ouvre inopinément un espace inédit à l'idée républicaine ; et, pour finir, projette la Révolution française dans l'inconnu.
Le livre de Mona Ozouf reconstitue cette histoire à la fois énigmatique et rebattue. Il en éclaire les zones obscures, pénètre les intentions des acteurs et observe le démenti que leur inflige la fatalité ; avant d'interroger les lendemains politiques d'une crise qui contraint les révolutionnaires à « réviser » la Révolution. Réapparaissent ainsi des questions aujourd'hui encore irrésolues : y a-t-il une politique distincte du roi et de la reine ? Peut-on faire de Varennes l'origine de la Terreur ? Quelle figure de république voit-on se dessiner dans le chaos des passions du jour ?
Ce moment tourmenté, écrit l'auteur, ouvre une vraie fracture dans l'histoire de France. Il allonge déjà sur le théâtre national l'ombre tragique de l'échafaud. Dix-huit mois avant la mort de Louis XVI, Varennes consomme l'extinction de la royauté."

Un livre qui sera, à n'en pas douter, intéressant. Mona Ozouf contredira-t-elle les thèses de Timothy Tackett ? :?:

Image

Edition de poche (Folio-Histoire, novembre 2011 - 9,60 €)

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 18 Oct 2005, 19:49 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1200
Localisation: Paris
Comptez-vous le lire, Louis-Auguste? :?: Si oui, j'attendrai peut-être d'avoir votre sentiment avant de l'acheter moi-même. Pour tout un tas de raisons plus ou moins valables :oops: , je me sens d'une grande méfiance envers ce qu'a pu écrire Madame Ozouf sur Varennes... :lol:

Mais bon, il faudra bien que je mette le nez dedans à un moment ou à un autre... Quand je l'aurai fait, je donnerai mes impressions à nos lecteurs, promis. :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 19 Oct 2005, 19:45 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5753
Localisation: Dans son monde...
Oui, oui, chère Claudine, je compte bien le lire. :wink: Je n'ai jamais rien lu de Mme Ozouf :oops: , même pas son dico de la RF, réalisé avec François Furet alors c'est le moment où jamais de combler cette lacune. :roll: :mrgreen:

Je compte acheter l'ouvrage courant novembre. J'espère qu'il m'ennuiera moins que la bio de Loulou par Petitfils...que j'ai proprement abandonnée pour le moment... :oops: :mrgreen:

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Varennes, par Mona Ozouf
MessagePosté: 13 Mar 2007, 13:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
Louis-Auguste a écrit:
Varennes. La mort de la royauté, c'est le titre d'un inédit de Mona Ozouf (...). Un livre qui sera, à n'en pas douter, intéressant. Mona Ozouf contredira-t-elle les thèses de Timothy Tackett ? :?:

Nous évoquions (laborieusement :roll: ), il y a quelques mois, et à l’occasion d’une série de conférences aux Archives Nationales de Paris, le travail de Timothy Tackett sur la Révolution française.

Pour se faire donc une idée plus précise de ses thèses :

:arrow: Le Roi s'enfuit - Varennes et l'origine de la Terreur
De Timothy Tackett
Editions La Découverte - Poche 2007.
11 €. 285 pages

Image

:!: Première publication en avril 2004.

Présentation de l'éditeur :

Le 21 juin 1791, Louis XVI parvient à organiser sa fuite. Quittant le palais des Tuileries en pleine nuit avec sa famille et des proches, il cherche à gagner secrètement Montmédy où stationnent les armées de Bouillé. On sait ce qu'il advint : le roi fut arrêté dans la petite ville de Varennes et ramené prisonnier à Paris. Deux ans plus tard, le couple royal montait sur l'échafaud. La fuite du roi à Varennes est sans doute l'un des épisodes les plus fameux de l'histoire de la Révolution française, qui fit l'objet de nombreux récits, plus ou moins romancés, de Jules Michelet à Ettore Scola, en passant par Alexandre Dumas. Au point que la légende et l'imagerie d'Epinal ont souvent recouvert la réalité historique. Face à cet événement extraordinaire, l'historien américain Timothy Tackett se donne trois tâches : d'abord raconter dans le détail le déroulement de cette incroyable fuite à partir des sources et archives disponibles. Ensuite, il explore l'impact de la fuite sur toute la France et restitue l'effervescence politique et sociale ainsi que l'émotion puissante que suscita la trahison du roi dans l'opinion publique. Enfin, il s'efforce de resituer l'événement dans le cours de la Révolution française, et sa radicalisation jusqu'à la Terreur de 1793. Il montre que, loin d'être inscrite dans les " gènes " idéologiques de la Révolution, la Terreur doit aussi être comprise à la lumière des événements, notamment par rapport au traumatisme de la trahison du roi et l'émergence de véritables menaces contre-révolutionnaires.

Biographie de l'auteur :

Timothy Tackett, professeur d'histoire à l'université de Californie, à Irvine, est notamment l'auteur de Par la volonté du peuple : comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires (Albin Michel, 1997).

Image

L'édition originale


Compte rendu :

L’Américain Timothy Tackett est déjà un spécialiste reconnu de la Révolution. Ses études précises d’histoire sociale, basées sur les données empiriques les plus larges, lui permettent de revenir de manière originale et sans esprit polémique sur des lieux très fréquentés de l’historiographie. De lui sont déjà disponibles en français La Révolution, l’Eglise, la France (où il traite de l’impact de la Constitution civile du clergé) et Par la volonté du peuple : comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires (1997).
Le Roi s’enfuit s’interroge sur un autre événement majeur de la Révolution et sur l’importance pour la suite du cours de la Révolution de cette fuite avortée de Louis XVI et de sa famille en juin 1791. Ici encore, Tackett, sans renouveler complètement l’état des connaissances, offre au lecteur une excellente présentation du sujet, prenant à l’occasion quelques distances justifiées avec des travaux antérieurs, mais surtout une nouvelle interprétation de son impact.

Hostile à la politique radicale de l’Assemblée nationale constituante, qui lui a arraché de facto la souveraineté et s’apprête à le transformer en roi constitutionnel «des Français» (et non plus «par la grâce de Dieu de France et de Navarre»), le roi quitte Paris de nuit, incognito, avec ses proches, dans une équipée risquée devant le mener à Montmédy, place-forte limitrophe des Pays-Bas autrichiens, pour y prendre la tête d’une armée légitimiste et marcher sur Paris.
Arrêtés à Varennes, les royaux fugitifs sont ramenés par les gardes nationales et un trio de députés, à Paris qu’il leur faut traverser dans le silence méprisant et menaçant de la foule. Le premier chapitre («Sire, vous ne pouvez passer») revient sur ces faits : l’interruption soudaine dans le petit bourg patriote étonné, le rôle des différents protagonistes, principalement J.-B. Drouet, qui, sûr d’avoir reconnu le roi et la reine, décide d’informer les autorités et se lance à la poursuite des voitures, mais aussi de Sauce, chef embarrassé de la municipalité.
L’arrestation de Varennes apparaît dans son aspect tragique : la pire humiliation de la famille royale, arrêtée «provisoirement», soumise à une interminable vérification d’identité l’obligeant à mentir puis à avouer, enfin à justifier maladroitement ce qu’elle sait constituer une véritable trahison pour l’Assemblée, les Parisiens et les partisans de la Révolution. L’événement préfigure la déchéance du roi et de sa famille, car leur propre ruse les fait traiter en simples citoyens suspects, en émigrés déjà «étrangers», puis en «souverains» indignes ; quant à l’arrestation, elle prouve, malgré l’ambiguïté des formules et la comédie des apparences à laquelle se livrent les parties en présence, que la souveraineté est bel et bien passée du côté de l’Assemblée, donc de la Nation.


Le chapitre 2 revient sur le paradoxe qu’est «le roi des Français». Paradoxe politique : Louis XVI n’est plus, dès avant qu’il approuve la constitution, roi de droit divin en son royaume, car en se proclamant de son propre chef «nationale» puis «constituante» en juin-juillet 1789, l’Assemblée avait supprimé les Etats Généraux et l’ancien régime même : avec l’abolition des privilèges, le 4 août, puis la mise sous tutelle constitutionnelle du clergé, cet empire dans l’empire français, la monarchie et le droit divin étaient devenus officiellement caduques et la souveraineté avait changé de mains. Et Louis XVI, en renonçant à réprimer immédiatement dans le sang, avait de fait renoncé à ses attributions, même si la constitution n’était pas encore rédigée.
Le fait même que l’Assemblée fût constituante parce que nationale impliquait un dessaisissement, que son caractère pacifique rendait d’autant plus légitime aux yeux des Français. Louis XVI vivait donc une dépossession croissante des droits absolus de la royauté.
Second paradoxe, lié à la personne de Louis XVI : le roi, homme travailleur, sincère et droit mais faible, avait par incapacité à suivre une politique cohérente et ouverture aux idées des Lumières, accepté des Etats Généraux et le principe de réformes, sans comprendre la portée de cet appel à l’opinion de ses sujets 150 ans après les précédents, dans un tout autre contexte culturel.
En mai-juin 1789, débordé par le Tiers Etat et la noblesse réformatrice, il se retrouve contraint de sembler cautionner une réfonte totale de l’Etat, qui heurte toujours plus ses convictions essentielles : aristocratiques, catholiques, absolutistes.

Le portrait très juste du roi par Tackett replace Varennes dans les dilemmes d’un homme pris entre éthiques de conviction et de responsabilité et soumis à la pression constante d’une épouse et de «fidèles» d’autant plus anti-révolutionnaires que la vie politique d’assemblée et la fin de la cour versaillaise font le vide autour du roi des Tuileries.
Tackett insiste d’ailleurs à juste titre sur le traumatisme de l’invasion populaire à Versailles en octobre 1789 et de la première arrestation et reconduite à Paris : à ce moment, la famille royale est convaincue de la honte de son abaissement mais aussi des dangers qui pèsent sur sa vie. Dès lors, les préparatifs commencent, avec l’aide de Fersen, pendant que le roi simule délibérément la parfaite entente avec l’Assemblée.

Ce qui étonne Tackett à propos de la fuite, c’est l’échec si près du but (chapitre 3, «Le roi s’enfuit»).
La France est passée de toute évidence très près d’une guerre civile et d’une invasion étrangère en juin 1791, car si Louis et sa famille avaient été plus discrets et plus rigoureux dans l’exécution, la jonction se serait faite avec les troupes du général marquis de Bouillé (nommé bizarrement ici «général Bouillé») et le roi aurait revêtu son grand habit rouge de reconquête.
Par lassitude de jouer un rôle dégradant, enfermés dans leurs énormes voitures trop voyantes sous la chaleur d’été, les fugitifs multiplient des signes presque suicidaires. Dans les causes de l’échec, le hasard se mêle à la négligence.

Quant à Paris («Notre bonne ville de Paris»), sa réaction évolue de l’annonce du départ au retour : après l’étonnement et l’inquiétude, une lettre du roi dissipe les doutes sur les motifs de ce qui apparaît comme un refus intégral de la cause révolutionnaire.
D’où l’accueil d’un froid glacial de la capitale, dont Tackett dresse le tableau socio-psychologique. Mais la province, avec le décalage des nouvelles, ne réagit pas différemment, prouvant au roi que son geste a créé une rupture avec son peuple : jusque-là crédité de la bonne volonté d’Henri IV, Louis devient le cochon, et cette animalisation prend la connotation d’un mépris et d’une désacralisation.
Avant la mise à mort, c’est la déchéance morale du roi et de l’homme. A ce moment, les Français envisagent pour la première fois sérieusement de se passer du roi, peut-être de roi.

«Les Pères de la Nation» (chapitre 5) que sont les députés doivent gérer un inter-règne pendant la fuite et dans les jours qui suivent le retour : première déposition de fait du roi.
Dans le vide juridique s’invente une république qui prouve sa viabilité. Si Barnave et les Feuillants s’opposent aux jacobins et surtout aux cordeliers pour maintenir la monarchie, c’est bien dans un pari avec le roi parjure pour arrêter la Révolution dans sa pente démocratique.

Mais l’originalité de Tackett est ailleurs : parti d’une interrogation sur les causes de la violence de la Révolution française, il relativise les thèses classiques des écoles jacobine (tragédie des circonstances) et «libérale» (logique égalitaire idéologique poussée à bout) et il insiste sur…Varennes ! Car la fusillade du Champ de Mars, qui en procède, crée non seulement la division irrémédiable entre républicains et constitutionnels, le discrédit de la royauté (une sorte de «Dimanche sanglant» si l’on prend une référence russe anachronique) mais aussi constitue un précédent de la violence terroriste d’Etat, des arrestations arbitraires, de l’extension de la loi martiale contre des adversaires politiques pacifiques.
Le salut public se joint à l’obsession du complot (chapitre 6), en partie légitimée par l’émigration, Varennes et la fiction de l’enlèvement du roi pour sauver un gouvernement traître.

Qu’un Américain apporte sa caution «démocratique» à une critique précise et argumentée des thèses furetistes sur la violence dans l’idéologie démocratique française est un des intérêts de ce livre : les révolutionnaires ont été moins idéologues que juristes et pratiques, les jacobins moins responsables, au moins initialement, du «dérapage», que Furet ne le pensait. Si une partie de la philosophie de la révolution comportait des virtualités totalitaires, comme la pensée de la souveraineté communautaire en général, elle n’était pas portée tout entière ni intrinsèquement à la terreur : elle avait été encadrée avant juillet 1791 d’une défense des droits de l’homme qui limitaient les devoirs du citoyens et les droits de l’Etat. Tackett nous aide aussi, c’est le second intérêt majeur du livre, à prendre la mesure du virage de Varennes, qui, en discréditant la royauté et les «modérés», prépare une république terroriste et écarte la France d’une évolution anglo-saxonne. Une des clés de notre XIXe siècle politique est là.

Par Nicolas Plagne

L'auteur du compte rendu : agrégé d’histoire, Nicolas Plagne est un ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure. Il a fait des études d’histoire et de philosophie. Après avoir été assistant à l’Institut national des langues et civilisations orientales, il enseigne dans un lycée de la région rouennaise et finit de rédiger une thèse consacrée à l’histoire des polémiques autour des origines de l’Etat russe.

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Juin 2007, 20:08 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5753
Localisation: Dans son monde...
Une troisième édition revue et augmentée du Sur la route de Varennes de Paul et Pierrette Girault de Coursac vient de sortir.
Le principal attrait de cette édition semble être d'avoir la déclaration du Roi à sa sortie de Paris dans son intégralité.

:arrow: Sur la route de Varennes, complétée de la déclaration du Roi à sa sortie de Paris, 3 édition revue et augmentée , par Paul & Pierrette Girault de Coursac ; préface d'Edouard Husson (Editions Ftançois-Xavier de Guibert, juin 2007 - 25 €)

Image

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Présentation de l'éditeur :

"La route de Varennes ! Que d'historiens l'ont suivie pour s'égarer dans le dédale des mémoires écrits longtemps après l'événement ou pour interpréter des faits non établis. Mais si l'on consulte les documents (ils existent !), on apprend quel est le prix habituel d'une berline de voyage, quelle distance sépare les relais de poste, combien de temps une voiture quelconque met à la parcourir, quel délai est nécessaire pour changer de chevaux, à quelle heure le roi est passé en tel point de la route... Et si l'on examine les mémoires des officiers responsables de la route du Roi, le général Bouillé et son fils aîné, Choiseul et Coguelat - c'est bien le moins qu'ils s'excusent de l'échec, en accusant le Roi - on va de surprise en surprise : leur correspondance de l'époque trahit leurs mémoires, et dans ces mémoires, ils s'accusent involontairement en croyant se défendre.
Au cours de cette extraordinaire enquête, on obtient des aveux, même de témoins morts depuis des siècles ! De l'après Varennes, les historiens ont peu parlé, sinon pour dire que la famille royale avait été emprisonnée, mais que Barnave, touché par la beauté de la Reine, avait réussi à sauver momentanément la monarchie, malgré le peuple soulevé par la " trahison " du Roi. C'est justement en ce qui concerne l'après Varennes que la surprise est la plus complète.
Une surprise enfermée dans les archives de l'Assemblée, comme dans le compte-rendu des séances. Des adresses échappés à la destruction systématique, des aveux échappés aux députés eux-mêmes, non pas dans leurs discours arrangés et réfléchis, mais dans leurs interventions spontanées. Et c'est la révélation : tout était prêt pour abolir la monarchie, pour juger le Roi et pour le condamner au retour de Varennes. Paul et Pierrette Girault de Coursac disent pourquoi les députés ont renoncé à ce projet.
Et l'on trouvera dans ces pages, à la suite de trente ans de recherches, tout ce que les Français auraient voulu savoir sur la route la plus fréquentée et la plus mal connue de l'histoire de France : la route de Varennes.

Cette troisième édition est augmentée de la "Déclaration du Roi à tous les Français à sa sortie de Paris" dans sa version intégrale. En effet, ce texte capital où le Roi expose ses motifs de départ à Montmédy (et non de fuite !) n'est jamais cité exactement ni complètement. Les auteurs ont pu l'établir et le reproduire à partir de la minute (écrit original) de la main même du Roi, qui subsiste seule aux Archives Nationales"

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage