Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 17 Juin 2019, 14:59

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
MessagePosté: 29 Mar 2009, 14:53 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5759
Localisation: Dans son monde...
:arrow: Notice extraite de l'ouvrage Chefs-d'oeuvre du Musée Gulbenkian : meubles et objets royaux du XVIIIème siècle français.

Pour poursuivre notre découverte des oeuvres d'Antoine-Sébastien Durand, je vous propose ce sujet sur une bien connue cloche à la matelote :D :


Image

© 2008 Fundação Calouste Gulbenkian
Cliquez sur les images pour les agrandir.

:arrow: Cloche
:arrow: par Antoine-Sébastien Durand (1712-1787)
:arrow: Paris, vers 1754-1755
:arrow: Argent repoussé ciselé et gravé
Poinçons : du maître (ASD couronné, fleur de lys, coeur, deux grains de remède); de date (lettre "O" = Paris, 1754-1756) et de décharge (tête de coq, de profil, à gauche = Paris, 1750-1756, "sous-fermier" Julien Berthe).
Armes apposées : celles des Orléans, utilisées à partir de 1820 par Louis-Philippe (1773-1850), duc d'Orléans.
:arrow: H. : 0,28; L. : 0,58; pr. : 0,45 cm.
:arrow: poids : 9,350 kg
:arrow: Historique : Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (1725-1793); Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon, duchesse d'Orléans (1773-1850); duc de Vendôme (1827-1931); comtesse de Behague. Acquis à la galerie Kleinberger, à Paris, le 17 juillet 1950.
:arrow: Lisbonne, musée Calouste Gulbenkian. Inv., n°2381.


"Sous le règne de Louis XV, "l'art" de la table va se développer en France à un niveau qui lui donne presque le statut d'une "science". La typologie des pièces se diversifie de manière extrême et leur fonction spécifique, tout comme leur mode d'utilisation, obéissent à des normes précises.
Dans le service "à la française", les mets étaient placés sur la table dans des récipients artistiquement disposés afin que chaque convive pût se servir directement. Et ils étaient généralement couverts pour garder la nourriture au chaud.

Le raffinement atteint à cette époque était tel que bien des pièces utilisées dans les divers services qui se succédaient au cours du repas étaient décorées d'éléments qui faisaient allusion à leur contenu. C'est le cas de ce dessus de plat, également appelé "cloche à la matelote", où le type d'aliments qu'elle contenait nous est révélé par la décoration qui le recouvre : une fabuleuse nature morte de poissons, crustacés, coquillages, nasses mêlés sur un lit d'algues. Cette composition sculptée est remarquable non seulement pour son originalité, son audace et le sens architectural qui l'anime, mais aussi par la rare perfection de son exécution, bien révélatrice de la maîtrise à laquelle était parvenu son auteur, l'orfèvre Antoine-Sébastien Durand.

Image

© 2008 Fundação Calouste Gulbenkian

La base, compartimentée, est décorée de motifs aquatiques sur fond gravé, encadré de volutes, enroulements et guirlandes. Autant dans sa forme que dans sa décoration, cette pièce est un spécimen caractéristique du style rocaille, qui atteint à cette époque toute sa splendeur. Dans les cartouches centraux, un enfant brandit un écu soutenu par deux dauphins portant les armes des Orléans, entourées par les colliers de l'ordre du Saint-Esprit et de l'ordre de Saint-Michel et sommées d'une couronne princière. Armes qui avaient été commandées par le duc d'Orléans (futur Louis-Philippe) à l'orfèvre Odiot, avant qu'il ne monte sur le trône en 1830.

Image

© 2008 Fundação Calouste Gulbenkian

Cette cloche fit partie du service dit "de Penthièvre-Orléans", dont l'histoire est connue mais dont les origines ont toutefois soulevé quelques problèmes. On donnait pour certain que les premières commandes avaient été faites à Thomas Germain par le comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan, et continuées par son fils, le duc de Penthièvre. Or on sait aujourd'hui que certaines pièces de ce service, au nombre desquelles on peut éventuellement compter la cloche qui appartient maintenant à la collection Calouste Gulbenkian, auraient été commandées par un Anglais naturalisé français, du nom de Henry Jansen1, et qu'elles auraient été acquises, après sa mort, par le comte d'Eu, pour passer, par héritage, à son cousin, le duc de Penthièvre.
Le service passa ensuite à la fille de ce dernier, Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon, mariée à Louis-Philippe-Joseph d'Orléans, mieux connu comme Philippe Egalité, guillotiné en 1793.
Non sans mal, la duchesse d'Orléans parvint à récupérer une grande partie de l'argenterie qui avait été confisquée. Celle-ci échut par héritage à son fils Louis-Philippe, duc d'Orléans et futur roi des Français qui y fit apposer ses armes, comme nous l'avons dit plus haut. Toujours par héritage, la cloche passa ensuite à la branche de Vendôme puis fut acquise, après 1931, par la comtesse de Béhague.

Cette pièce fut l'une des dernières acquisitions de Calouste Gulbenkian, à l'époque où il résidait déjà à Lisbonne. L'achat lui en fut proposé le 23 mars 1948 par Georges Davey de chez Knoedler & Co, qui lui envoya une photographie, à la demande de M. Radius (Boucheron, Paris). Gulbenkian montra son intérêt pour la pièce mais, manifestant quelques doutes sur son authenticité, il écrivit à M. Radius :

"Je ne me souviens pas d'avoir vu ce "surtout" lorsque j'eu l'occasion de visiter la collection de Madame de Béhague après sa mort, sur l'invitation du comte de Ganay.2"

Il finit cependant par l'acquérir, mais seulement en 1950, chez Kleinberger, après s'être assuré de l'authenticité de toutes ses marques et poinçons. Le prix élevé de cette transaction fut en outre complété par l'apport, de la part de Gulbenkian, de trois peintures de sa collection : deux Fantin-Latour et un Drouais.

Isabel Pereira Coutinho."


1. Biron, 1996, p. 57.
2. Arch. M.C.G. (Dos. Garin. Galerie Kleinberger)



:arrow: Une autre photographie de la cloche ici. :P


:arrow: Et pour voir d'autres pièces de ce service Penthièvre-Orléans, signées Antoine-Sébastien Durand, rendez-vous au Louvre en cliquant là. :wink:

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage