Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 17 Juin 2019, 15:29

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 15 Juin 2010, 15:23 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1198
Localisation: Paris
Je compte aussi lire cette biographie : il faudra juste que je repense à poster mon avis...

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 15 Juin 2010, 18:09 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5759
Localisation: Dans son monde...
Merci à vous 2, Claudine et Aurore, pour vos futures contributions.
Pour le moment, je ne suis pas certain de faire cet achat.

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 15 Juin 2010, 21:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
J'ai feuilleté le livre en librairie : il y a quelques illustrations, et notamment un portrait que je ne connaissais pas.

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 27 Juin 2010, 10:06 
Hors ligne

Inscription: 14 Mar 2006, 23:07
Messages: 269
J'ai lu une bonne partie de la bio et, comme je m'y attendais, je ne suis pas vraiment enchantée. J'ai toujours trouvé que Viguerie avait un traitement plutôt léger de la source, il n'y déroge pas ici. Il intègre toujours tout ce qui l'arrange. Ce qui fait qu'un écrit réputé apocryphe est authentique ? Le simple fait qu'il abonde dans son sens. Avec une telle logique, on ne peut pas aller bien loin.

En fait, dès l'introduction, quand il loue la biographie de Noëlle Destremeau, on est sur ses gardes. Il prétend que la sienne diffère simplement des autres parce qu'il s'agit d'un travail d'universitaire mais le moins qu'on puisse dire c'est que ça ne se sent pas. On a droit à des notes qui renvoient à Monique de Huertas et l'analyse est proche du degré zéro quand il ne s'agit pas de religion. En définitive, Viguerie a surtout réalisé un nouveau plaidoyer en faveur de sa béatification.

A vrai dire, il me semble difficile d'avoir une vraie bonne biographie de Madame Elisabeth si l'on n'essaye pas d'aller au-delà de l'image sulpicienne. Par exemple, il me paraît toujours un peu facile de rejeter le récit de Pétion sur Varennes du côté des absurdités amusantes, surtout quand on omet par exemple de mentionner (sciemment ?) sa proximité avec le médecin Dacy pour préférer insister sur le fait qu'elle n'a fréquenté aucun homme étranger à sa maison jusqu'à ses 25 ans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 27 Juin 2010, 10:34 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5759
Localisation: Dans son monde...
Merci beaucoup, Dunkelgräfin, pour votre commentaire. :P
Je n'étais déjà pas décidé à acheter ce livre, voilà qui ne m'y incite guère. :wink:

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 27 Juin 2010, 11:20 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1198
Localisation: Paris
Oui, mais ça ne m'étonne pas de la part de Jean de Viguerie. Il procède toujours de cette façon-là.

Je pense que je vais quand même prendre le livre, parce que j'y apprendrai plein de choses sur un personnage que je connais très mal :oops: . Y trouver la vraie figure de Madame Elisabeth, ou même une figure simplement pertinente au regard des exigences historiques actuelles, c'est autre chose... Je n'y compte pas trop. :lol:

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 06 Juin 2013, 15:21 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5759
Localisation: Dans son monde...
Le catalogue de cette exposition.

:arrow: Madame Elisabeth. Une princesse au destin tragique (1764-1794), collectif sous la direction de Juliette Trey (Silvana editoriale, 2013 - 28 €)

Image

Présentation de l'éditeur

"Princesse méconnue, Madame Élisabeth eut pourtant un destin exceptionnel. Elle ne se maria pas et resta aux côtés de son frère aîné, Louis XVI, qui lui offrit pour ses dix-neuf ans le domaine de Montreuil : une maison à la campagne, bien qu’à quelques centaines de mètres du château de Versailles.

Cette cavalière hors pair y mena des jours paisibles, entourée de ses amies qu’elle entraînait à la chasse ou dans des parties de pêche. Passionnée de mathématiques, de géographie, dessinatrice douée, elle n’interrompit jamais véritablement ses études. Profondément pieuse, savante et sage, Madame Élisabeth était aussi drôle, gaie et incroyablement généreuse envers chacun, couvrant son entourage de cadeaux et s’attachant les habitants de Montreuil par ses multiples actions de charité.

Faisant preuve d’une conduite héroïque sous la Révolution, elle refusa de partir en exil afin de rester auprès des siens. Emprisonnée au Temple avec la famille royale, elle mourut guillotinée à tout juste trente ans. Dès lors, Madame Élisabeth fit l’objet d’un véritable culte qui s’intensifia avec la Restauration et le retour au pouvoir de ses frères à partir de 1814."



-Sommaire :

-Introduction

-Les différents visages de Madame Elisabeth
-La vertu de Madame Elisabeth : Montreuil, un anti-Trianon ?
-Les oeuvres

-Montreuil : décor et ameublement
-Les oeuvres

-Madame Elisabeth : une éducation de princesse au temps des Lumières
-Les oeuvres

-"Une place chez moi" : la Maison de Madame Elisabeth
-Les parures de Madame Elisabeth
-Les oeuvres

-Annexes
-Chronologie sommaire : Madame Elisabeth et le domaine de Montreuil
-Sources
-Bibliographie

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Catalogue Madame Elisabeth
MessagePosté: 18 Juil 2013, 18:30 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1198
Localisation: Paris
Je commence ce message par un avertissement. Sam a lu mon compte-rendu du catalogue, et l'a qualifié d'"à la fois rosse et cuistre" :shock: :oops: :mrgreen: . C'en est une assez bonne description. Disons que je suis de mauvaise humeur, donc pardon d'avance d'infliger ma bile aux lecteurs de la Folie.

Après lecture du catalogue, je demeure perplexe et mal satisfaite :oops: . Le volume est soigné et plaisant. La matière en est riche, souvent très intéressante, voire passionnante, mais la conception d’ensemble me paraît lâche et parfois obscure, faite au détriment de la complexité historique d’une figure comme celle de la sœur de Louis XVI. Je résume son organisation : quatre parties thématiques, chacune constituée d’un ou deux articles auxquel(s) sont jointes des notices descriptives des œuvres exposées qui se rattachent au thème traité. La façon dont les parties ont été pensées reste vague.

La première concerne Madame Élisabeth elle-même, à travers un article sur ses « différents visages » et un autre sur la question de sa « vertu », traitée par le biais de l’usage politique du domaine de Montreuil. L’article de Juliette Trey associe une brève biographie (où le rôle politique de la princesse paraît inexistant :shock: ), une présentation de son aspect physique insistant sur deux traits, douceur et embonpoint, un rappel de la question de son hypothétique vocation religieuse, et un portait moral essentiellement constitué d’une liste de qualités fort plates (piété, générosité et gaîté). Aucun usage n’est fait de sources qui auraient permis de rehausser et de nuancer ce portrait : je pense notamment à la correspondance de Marie-Antoinette, qui n’aimait pas sa belle-sœur et en donne une image assez noire –et donc plus stimulante que celle de la sainte de vitrail. Le second article présente l’achat et l’organisation de Montreuil comme un « correctif aux erreurs de Trianon » et l’instrument de la construction d’une image vertueuse de Madame Élisabeth, jugée nécessaire suite à la dégradation de son image publique dans les années 1780. Le but de l’opération, qui aurait connu un certain succès, aurait été d’augmenter la popularité de la princesse (et par contrecoup, peut-être, de diminuer celle de la Reine :?: J'ai eu l'impression que c'était sous-entendu, sans en être certaine). Je ne suis pas qualifiée pour juger de la pertinence de l’hypothèse, mais elle est plausible et la démonstration qui l’accompagne paraît convaincante. :bravo:

Les œuvres présentées sont finement décrites (c’est le cas dans l’ensemble du catalogue), mais peu mises en perspective, que ce soit entre les œuvres du XVIIIème siècle elles-mêmes, ou entre celles-ci et les œuvres postérieures à la Révolution. C’est dommage car il aurait sans doute été possible de dégager des lignes d’évolution entre les divers modes de représentation d’une figure secondaire de la famille royale, de la pénombre un peu floue de l’enfance à l’éclairage violent de l’hagiographie posthume. L’imagerie révolutionnaire est absente, ce qui est également un tort.

La deuxième partie, consacrée au domaine de Montreuil lui-même et purement descriptive, m’a parue claire et bien construite, article et notices. Les points sur les achats de porcelaine et l’aménagement du parc m’ont particulièrement intéressée.

La troisième partie est celle que j’ai le plus appréciée (tout en restant légèrement sur ma faim à cause de sa concision, ce qui est bon signe) : elle met très bien en lumière l’originalité de l’éducation de Madame Élisabeth, fort différente de l’éducation préconisée à l’époque pour les filles et spécialement pour les princesses. J’aurais aimé en lire davantage sur Madame de la Ferté-Imbault, qui semble avoir conçu un programme ambitieux et solide, associant mathématiques, histoire, philosophie, littérature et arts afin de former son élève à une vie intellectuellement indépendante et politiquement active. Un léger reproche : il aurait été utile de savoir si des marques de cette forte éducation sont perceptibles dans la vie de Madame Élisabeth, et particulièrement dans sa façon de concevoir son rôle au sein de la maison royale. Parmi les objets présentés, j’ai noté trois peintures attribuées à la princesse qui semblent témoigner d’un réel talent :bravo: , mais portent peut-être davantage la marque de son maître de dessin que la sienne. :?

La quatrième partie (la maison et les parures) m’a laissé un sentiment mitigé. Je suis ignare dans la matière du premier article (la constitution d’une maison royale) et je n’ai pas su s’il s’agissait de la description d’un tissu d’intrigues politiques et financières, ou d’autre chose. Madame Élisabeth paraît avoir été le centre d’un réseau d’ami(e)s et d’intrigant(e)s assez embrouillé, qu’il aurait fallu démêler plus clairement pour me rendre l’article intelligible et lui permettre de dépasser l’anecdotique. Je mesure mal quels étaient les enjeux de l’appartenance à la maison d'une fille de France : financiers, nobiliaires, politiques ? Les trois sans doute. Le second texte, qui s’attache à briser quelque peu l’image de la princesse vertueuse, en soulignant son goût pour la joaillerie et les dépenses publiques associées à la constitution de sa collection de bijoux, m’a davantage intéressée.

L'ensemble est complété par une chronologie sommaire, une liste des sources et une bibliographie (ce qui en fait un bon instrument de travail :bravo: ).

Au total, un livre riche, agréable, beau et utile, mais présentant des lacunes béantes (la figure politique absente) et des faiblesses regrettables (la mièvrerie du portrait d’ensemble, malgré quelques textes cherchant intelligemment à y remédier). Les futurs historiens de Madame Élisabeth ont encore du pain sur la planche.

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 18 Juil 2013, 23:32 
Hors ligne

Inscription: 14 Mar 2006, 23:07
Messages: 269
Il me semble que l'une des premières difficultés relativement à Madame Elisabeth, c'est que l'on part de très loin. Tout ce qui a été écrit sur elle, même par des universitaires, a véritablement du mal à faire la part des choses entre l'hagiographie et la mise en perspective historique. De fait, par rapport à ce qui existait jusque-là, le catalogue est un indéniable progrès même si je conçois qu'il soit encore loin d'être pleinement satisfaisant sur le plan épistémologique.

Pour répondre à une autre question, je ne parlerais pas de volonté de diminuer la popularité de la reine, mais plutôt d'une tentative pour éviter que son impopularité croissante ne rejaillisse sur l'ensemble de la famille royale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Madame Elisabeth
MessagePosté: 19 Juil 2013, 00:08 
Hors ligne

Inscription: 14 Mar 2006, 23:07
Messages: 269
Je voulais aussi ajouter un mot sur la question de l'éducation. Il est possible qu'elle ait engendré de la frustration chez Elisabeth qui, en tant que femme et en tant que cadette, a toujours été considérée comme une enfant par ses aînés, et notamment par Louis XVI. C'est probablement en partie ce qui explique sa proximité avec le comte d'Artois, qui était lui-même la risée de ses aînés. Il est par ailleurs assez significatif que ce soient ceux qui, sur le plan politique, se soient montrés les moins souples.

Il est vraisemblable que l'éducation d'Elisabeth a aussi contribué à installer de la distance dans ses relations avec Marie-Antoinette qui semblait déjà s'être sentie en rapport d'infériorité sur le plan intellectuel avec Clotilde.

D'autre part, les choix de lectures réservés aux princesses montrent un plus grand conservatisme que pour les princes, ce qui ne les incitait pas à la réflexivité sur les auteurs choisis et ne les mettait par exemple pas à portée de saisir les enjeux politiques qui avaient présidé à la querelle des Cacouacs. Aussi, Elisabeth a pu croire recevoir une éducation à la politique sans jamais avoir été initiée à ses subtilités ni à ses arcanes.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage