Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 16 Aoû 2018, 00:16

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Nov 2006, 20:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Nous pourrions ajouter à ces ermitages, le pavillon construit par Gabriel pour la marquise entre 1754 et 1756, près du château de Choisy avec lequel il communiquait et qui était pourvu de jardins à l'italienne.

Image
Cliquez sur l'image pour l'agrandir. :wink:

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Nov 2006, 20:05 
Ah ! elle ne put malheureusement guère en profiter :?

Mais il porte l'empreinte de Maria-Antonia :D
Merci encore pour l'évocation de ce "joyau", toujours si plaisant à admirer...
Un grand merci également pour les liens, vraiment très appréciables. :D


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Nov 2006, 20:19 
Ah ! Maria-Antonia, nos messages se sont croisés :wink:

J'ignorais que la marquise possédait autant d'ermitages ! Ce goût dévoile une autre facette de sa personnalité...
J'aime beaucoup celui de Fontainebleau :love: L'aile de la salle à manger est très agréable...


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 21:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Après ses châteaux, ses appartements versaillais et ses ermitages, il va maintenant être question de la résidence parisienne de la marquise, l'hôtel d'Evreux ( un smiley vous montre le passage sur Mme de Pompadour)

Entre la grande rue du Faubourg Saint-Honoré, simple chaussée menant au village du Roule, et le Grand Cours (actuels Champs-Elysées), le neveu par alliance d'André Le Nôtre, l'architecte Armand-Claude Mollet, possédait un terrain qu'il vendit en 1718 à Henri-Louis de la Tour d'Auvergne, comte d'Evreux.
Le contrat de vente prévoyait qu'Armand-Claude Mollet serait chargé d'y construire un hôtel, destiné à la résidence du comte d'Evreux.

L'architecte, à la demande du comte, éleva l'hôtel entre cour et jardin formant le point de départ du plan d'urbanisme du faubourg Saint-Honoré.
Dès 1742, Pignol de la Force évoquait déjà ce quartier, qu'il considérait comme l'un des plus beaux de Paris.
Edifié et décoré entre 1718 et 1722, l'hôtel fut aménagé selon les principes d'architecture en vogue à l'époque et était un parfait exemple du modèle classique de l’hôtel entre cour et jardin.

Par ailleurs, le bâtiment présentait un corps de logis à deux niveaux sous combles, avec vestibule, grand salon et un grand appartement ou appartement de parade, et deux ailes en simple rez-de-chaussée avec un appartement des bains à droite et un petit appartement (appartements privés) à gauche.

La vaste cour arrondie s'ouvrait par un portail monumental à quatre colonnes ioniques, encadré par des murs aveugles surmontés d'une balustrade.
Cette cour était bordée de deux murs à arcades dissimulant les communs (écuries, cuisine, bûcher, remises....).

Un jardin à la française, avec son allée centrale, ses parterres de broderies et ses allées de marronniers bordées de charmilles, complétaient plaisamment l'hôtel.

A sa mort en 1753, le comte d'Evreux laissera un hôtel admiré de tous ses contemporains, y compris de Blondel qui écrivait dans Son cours d’architecture :
« L’Hôtel… ne laisse pas d’avoir un certain mérite ; il est peut-être un des plus avantageusement situé qu’il y ait à Paris ; son principal corps de logis a vingt-deux toises de face, est double dans la profondeur, & placé entre cour & jardin… ».

Il ajoutait : « …son vestibule ouvert par trois entrecolonnements, annonce plutôt un bâtiment élevé pour la campagne… », mais n’oublions pas qu’à l’époque le faubourg Saint Honoré n’était pratiquement pas urbanisé.

:love:

La marquise de Pompadour, soucieuse d'acquérir une demeure parisienne, l'acheta dès 1753 pour 730 000 livres et engagea des transformations (95 000 livres de dépenses en 1754-1755).
Elle agrandit la propriété en y adjoignant des terrains voisins et en 1763, l’hémicycle qui fait saillie sur la promenade des Champs-Elysées.

Elle chargea également son architecte Lassurance de modifier le décor de la chambre de parade ( aujourd’hui le salon Pompadour) et de réaménager le premier étage.
Le jardin quant à lui fut remanié par l'introduction de portiques, de charmilles, de cascades, d'un labyrinthe et d'une grotte dorée.

A sa mort, la marquise légua la résidence - où elle ne vint que rarement - à Louis XV qui le mit dans un premier temps à la disposition des Ambassadeurs extraordinaires séjournant à Paris.
L'hôtel fut destiné, par décision royale du 14 août 1765, à la présentation des tableaux des Ports de France, commandés par Louis XV à Joseph Vernet pour « les personnes curieuses et les amateurs de beaux arts ».

Transformé provisoirement en Garde-Meuble de la Couronne en 1768, jusqu'à l'achèvement des bâtiments de Gabriel sur la Place Louis XV, l'hôtel d'Evreux fut vendu en 1773 au financier Nicolas Beaujon.

Propriétaire de l'hôtel jusqu'en août 1786, date à laquelle il le céda à Louis XVI sous réserve d'usufruit, Nicolas Beaujon modifia profondément la résidence et le jardin. L’architecte Etienne-Louis Boullée fut chargé de ces transformations.

Louis XVI, comme son grand-père, affecta l'hôtel au séjour des Ambassadeurs extraordinaires à Paris, puis le vendit en 1787 à sa cousine, la duchesse de Bourbon.
L'hôtel prit alors le nom de sa propriétaire "Hôtel de Bourbon". L'architecte Pierre-Adrien Pâris modifia alors une partie de l'oeuvre de Boullée.

Pendant la Révolution et après l'arrestation de la duchesse en avril 1793, l'Hôtel de Bourbon connut plusieurs affectations.
En 1794, il accueillit la Commission de l'Envoi des lois et l'Imprimerie du Bulletin des Lois, puis fut transformé, quelques mois plus tard, en dépôt national de meubles provenant des saisies d'émigrés ou de condamnés.

Libérée en 1795, la duchesse de Bourbon put retrouver en janvier 1797 sa résidence parisienne. Pour subvenir à ses besoins, elle mit en location le rez-de-chaussée de l'hôtel et donna l'autorisation à son locataire, un négociant du nom d'Hovyn, d'organiser des bals populaires dans les salons et le jardin.

C'est à cette époque que l'hôtel prit son nom d'Elysée par référence à la promenade toute proche.

Exilée en Espagne, la duchesse de Bourbon vendit l'hôtel aux enchères et les Hovyn se portèrent acquéreurs. Certaines parties de la demeure furent louées en appartement. C'est ainsi que l'Elysée abrita le comte et la comtesse Léon de Vigny et leur quatrième fils, Alfred. La mode des fêtes et des bals passant, la fille d'Hovyn se vit contrainte à vendre l'hôtel en 1805 pour faire face à ses dettes.

Joachim Murat, maréchal de France, prince d'Empire, se porta acquéreur. Soucieux de redonner tout son lustre à l'ancien hôtel d'Evreux, Murat confia la restauration des lieux et leur réaménagement à Barthélémy Vignon, futur auteur de la Madeleine, et Barthélémy Thibault.

Nommé roi de Naples en 1808, Murat céda à l'Empereur l'ensemble de ses propriétés en France dont l'Elysée, qui prit le nom d'Elysée-Napoléon.

Après avoir cédé cette demeure à Joséphine lors de son divorce, Napoléon reprit possession de l'Elysée en 1812, qui fut le témoin des dernières heures de l'Empire.
Il a signé son abdication dans le boudoir d'Argent.

L'Elysée devint par la suite la demeure du tsar Alexandre durant l'occupation de Paris par les Alliés puis fut mis à la disposition du duc de Wellington en novembre 1815.

En 1816, l'Elysée entra définitivement dans les biens de la Couronne et Louis XVIII l'attribua à son neveu, le duc de Berry, à l'occasion du mariage de ce dernier avec Marie-Caroline de Bourbon-Siciles.

En 1820, Louis-Philippe prit possession du Palais qui devint, jusqu'en 1848, la résidence des hôtes étrangers de la France en visite à Paris.

Puis, pendant le gouvernement provisoire de la IIème République, le Palais prendra le nom d' "Elysée National", et les jardins seront ouverts au public.
Le 12 décembre 1848, l'Assemblée nationale assignait par décret l' "Elysée National" comme Résidence du Président de la République.

Le prince-président Louis-Napoléon s'y installa le 20 décembre 1848, avant de disposer du Palais des Tuileries en 1852.
En 1853, l'Elysée accueillit Eugénie de Montijo, fiancée de l'Empereur et Napoléon III décida de la rénovation complète du palais par un nouvel architecte, Joseph-Eugène Lacroix.
Les structures actuelles du palais proviennent pour l'essentiel de cette époque, et l'ensemble de ces travaux, qui s'achevèrent en 1867, constituent les derniers grands aménagements, comme par exemple la transformation du portail d’entrée en forme d’arc de triomphe.

Après la chute de l'Empire, le palais reprit le titre d'Elysée-National.
Le palais n'eut à subir aucun dommage pendant la Commune et Thiers, chef du pouvoir exécutif en février 1871 puis Président de la République en août, y fit quelques séjours.
Son successeur, le maréchal de Mac Mahon élu en mai 1873, s'installa définitivement à l'Elysée à partir de septembre 1874.

Le Palais de l'Elysée sera désormais la résidence officielle de tous les présidents de la République

La Vème République conservera l'Elysée comme palais présidentiel. La distribution des pièces sera profondément modifiée pour répondre aux nouvelles exigences de la fonction présidentielle.

Si vous souhaitez plus d'informations sur l'hôtel d'Evreux, notamment après la Révolution, je vous renvoie au site de l'Elysée, très bien fait :

:arrow: http://www.elysee.fr/elysee/elysee.fr/f ... 21134.html

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 21:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
La façade sur le jardin au temps de Mme de Pompadour

Image
Cliquez sur l'image pour l'agrandir. :wink:

Vue aérienne

Image

La façade sur la cour

Image

Angle de la cour

Image

La façade sur le jardin

Image

Détail de la façade sur le jardin

Image

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 21:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Quelques salons et éléments de décors

Salon des aides de Camps ( ancienne seconde antichambre)

Bien que restauré et modifié sous le second Empire, le décor de ce salon conserve l'aspect qu'il offrait sous le comte d'Evreux.
Sur le sol repose un fragment du très grand tapis de la salle du Trône de Napoléon Ier aux Tuileries. Sous la Restauration, l'aigle impériale du médaillon central a été remplacée par le chiffre de Louis XVIII. Cependant subsistent aux quatre angles les abeilles, emblèmes impériaux. La pendule Louis XVI de la cheminée évoque le thème des Arts et des Sciences.

Situation sur le plan

Image

Le salon

Image

Salon des ambassadeurs (ancien grand salon)

Il comporte toujours le décor d'inspiration militaire commandé par le comte d'Evreux, colonel-général de la Cavalerie, et sculpté par Michel Lange d'après Jules-Hardouin Mansart.
Sur la cheminée, repose une pendule en bronze ciselé et doré qui reprend le thème de la chute de Phaéton.
Semblable à celui du Salon des Aides de Camp, l'ensemble des sièges de ce salon, garnis de lampas bleu et crème, ont pour motif les quatre parties du Monde.

Situation sur le plan

Image

Le salon

Image

Image

Salon Pompadour (ancienne chambre de parade)

A l'origine, cette chambre présentait une grande alcôve rectangulaire que la Marquise de Pompadour décida de modifier. De rectangulaire, elle devint semi circulaire.
Sous Murat, l'alcôve fut réduite à la dimension d'une simple niche pour dégager le volume nécessaire à l'escalier d'honneur. Comme les autres salons, la chambre de parade subit les transformations entraînées par le percement de nouvelles portes sous le Second Empire.
La niche disparut définitivement sous la IVème République afin de permettre la création d'ascenseurs pour les vestiaires.

Contre le mur ouest se dresse une commode d'époque Louis XV en bois de violette marqueté, supportant le buste en marbre blanc de Madame de Pompadour attribué à Jean-Baptiste Pigalle (1759).
L'ensemble mobilier en bois doré Louis XV, formé par un canapé et des fauteuils à dossier violon et pieds courbés, est recouvert de lampas bleu et or à décor de fruits exotiques.
Dans ce salon, un médaillon suspendu peint en 1763 par François-Hubert Drouais et représentant Madame de Pompadour est apposé sur le miroir.

Situation sur le plan

Image

Le salon

Image

Image

Image

Et pour finir voici deux éléments du décor de la chambre à coucher de la marquise:

Paire de bras de lumière Duplessis, vers 1760.

Image

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 22:16 
Chère Maria-Antonia,
Je suis très heureuse d'avoir pris pleine connaissance, grâce à votre amabilité, de l'historique passionnant et "tourmenté" de cet admirable édifice. Que de superbes images...
Le site proposé est dans mes favoris :D
J'adore la commode "Louis XV", le buste de Jeanne-Antoinette...
Ah ! les bras de lumière "Duplessis" !:love:

Citation:
pour « les personnes curieuses et les amateurs de beaux arts ».

Je ponctuerai en empruntant cette phrase...

Merci infiniment pour l'ensemble de cet admirable sujet !


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 22:23 
Hors ligne

Inscription: 20 Fév 2005, 22:39
Messages: 239
Une bien belle maison ! :wink: Même si le Général préférait recevoir les hôtes de marque à Trianon en disant que "la demeure d'une reine semble plus digne que celle d'une favorite"

Avis aux amateurs : le renouvellement du bail (sauf évènement historique) a lieu en avril prochain pour 5 ans (hors révolution). :wink:

Merci, chère Maria-Antonia, de ce voyage.

_________________
Ma vie est un combat.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Nov 2006, 22:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 777
Localisation: Paris
Maria-Antonia, je partage à nouveau l'enthousiasme de Dollia et de Pierre-Augustin, ainsi que les remerciements qu'ils vous adressent.
Maginfiques visites guidées ! :D :bravo2:

En complément de vos informations et commentaires sur les résidences versaillaises de la marquise, je vous propose de parcourir les fils de cet autre forum, bien connu de certains d'entre-nous :

http://versailles.forumculture.net/sear ... lts=topics

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Nov 2006, 11:28 
Hors ligne

Inscription: 01 Nov 2006, 22:43
Messages: 46
Localisation: Versailles
Et surtout le magnifique catalogue de l'exposition "Madame de Pompadour et les Arts" publié, si mes souvenirs sont bons, en 2002 et qui fait un point quasi définitif sur la question des résidences de la Pompadour.
Quant à la multiplication des ermitages et autres Brimborions, elle avait pour fonction d'amuser Louis XV qui ne détestait pas mettre la main aux dessins d'architecture et que les changements permanents de décors détournaient de sa dépression chronique.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage