Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 18 Nov 2018, 07:28

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Nov 2006, 21:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Pierre-Augustin a écrit:
Concernant le château d'Etiolles, en quelle année a-t-il cédé place à ce golf ?


Quant au remplacement du château par un golf, je ne sais quand il eut lieu, mais c'est en tout cas, au vu de la photo, au XXème siècle.

Le parc avait déjà subi des dommages sous le Directoire, quand le comte de Noyan propriétaire de l'époque et désireux de nouveaux aménagements - qui ne verront pas le jour - fit détruire les jets d'eaux.

Voici également un lien où vous pourrez voir quelques images des vestiges du parc de Crécy et également quelques photos du village :

http://www.ghenassia.com/

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Nov 2006, 22:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2006, 20:34
Messages: 160
Merci, Maria-Antonia, de nous faire partager ces demeures de la marquise. Je vous avoue que, jusqu'à maintenant, je ne lui en connaissais que deux. :oops:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 19:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Après quelques recherches, j'ai trouvé quand le château d'Etiolles a disparu. Il semblerait que ce soit en 1908.

Pour continuer notre petit périple chez Madame de Pompadour, je vais vous présenter l'une de ces demeures les plus connues : Bellevue.

Historique

En 1748 Louis XV acheta un terrain situé sur le plateau de Meudon, entre le château de Meudon et celui de Saint-Cloud. Le directeur général des Bâtiments du Roi, Le Normant de Tournehem, complèta la propriété en négociant des achats et des échanges avec des particuliers et des religieux, et Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi, proposa des projets pour y construire une résidence de plaisance qui devait s'appeler Bellevue (il semblerait que le nom ait été choisi par Mme de Pompadour elle-même), en référence au magnifique panorama qui se découvrait depuis cette propriété. En effet, le site dominait un méandre de la Seine et offrait un superbe vue sur Paris.

Le Roi offrit rapidement le terrain à Madame de Pompadour, qui s'adressa à son architecte, Jean Cailleteau dit Lassurance (Lassurance le jeune). Assisté par Jean-Charles Garnier d'Isle pour les jardins, ce dernier édifia très rapidement le château de Bellevue. Les travaux commencèrent le 30 juin 1748 pour se terminer le 20 novembre 1750 et Mme de Pompadour y reçut le Roi le 24 novembre suivant. Alors même que la mauvaise qualité du sol exigea de profondes fondations, le chantier fut donc mené tambour battant et jusqu'à 800 ouvriers y travaillèrent. Louis XV venait lui-même surveiller les travaux, dînait rapidement sur place et s'entretenait avec les hommes de l'art.

Pour les décors Mme de Pompadour fit travailler Jacques Verberckt, Jules-Antoine Rousseau, Jacques Caffieri, Jean Restout, Chardin et Fragonard.

En contrebas, au bord de la Seine, elle acquit en 1750 un petit pavillon édifié sous la Régence, appelé Brimborion, qui était relié au plateau par la partie du jardin aménagée à l'est du château et intégré au domaine.
En 1757 elle se dessaisit de sa propriété au profit du Roi qui fit remanier la distribution et le décor intérieur sous la direction d'Ange-Jacques Gabriel. Celui-ci construisit en 1767, deux ailes en retour en rez-de-chaussée, absorbées en 1773 dans une extension qui les relia au bâtiment principal.

Au décès de Louis XV en 1774, le château fut attribué à ses filles, Mesdames Adélaïde, Sophie et Victoire. Celles-ci firent transformer le décor intérieur par Richard Mique et réaliser à Brimborion un jardin anglais orné de fabriques dont certaines rappelaient celles des hameaux de Chantilly ou de Trianon.

Sous la Révolution, Mesdames prirent le chemin de l'émigration. Le château fut livré au pillage et défiguré par des constructions adventices. Dès l'an XI, la maison dite « des Colonnes » empètait ainsi sur le jardin anglais.

Le château lui-même fut démoli en 1823 à l'initiative du promoteur Achille Guillaume, qui lotit le domaine en 1825. Il fit construire de belles maisons par l'architecte François Guenepin (Voir des exemples conservés 62 route des Gardes et, peut-être, 2 rue du Bassin) sur de vastes parcelles en respectant le plan général du domaine, transformant les ailes du château pour créer une place qui portera son nom. À sa mort, le lotissement n'était pas achevé. Il fut traversé vers 1838 par une ligne de chemin de fer. Au fil des années, les vastes parcelles furent redivisées en lots plus modestes. En 1925, la compagnie Pharos effectua un ultime lotissement entre les avenues du 11 Novembre, Eiffel et la rue Bussière.

Les derniers vestiges du château disparurent de 1943 à 1972, à l' exception de la glacière et de la terrasse. Une grande partie du jardin anglais de Mesdames, respecté par Guillaume, notamment l'une des fabriques, la « Tour des Dames de France », subsista jusque dans les années 1960.

Architecture extérieure et jardins

Par sa conception, Bellevue marquait une date importante dans l'évolution du château français. Le bâtiment, de plan massé, quasiment carré, était une construction à deux étages, typique des maisons de plaisance qui deviennent alors à la mode et dont on trouvera le développement parfait au Petit Trianon. Il comprenait neuf travées en façade et six sur les côtés. Les quatre façades étaient simplement animées d’avant corps centraux de trois traveés couronnés de frontons triangulaires ornés en haut-relief par Guillaume II Coustou. Au premier étage, dix-huit consoles placées sur les trumeaux portaient des bustes, pour la plupart des portraits d'empereurs romains sélectionnés par Tournehem dans le magasin des marbres de Folichancourt.

De taille relativement modeste, Bellevue faisait davantage penser à la maison d'un riche particulier qu'à un château royal. De fait, il avait été conçu par la marquise de Pompadour, pour y recevoir Louis XV dans l'intimité.

On entrait par le vestibule qui était suivi d’un salon, servant aussi de salle à manger d'apparat. Ces deux pièces étaient dallées de marbre. L'escalier principal profitait d’un éclairage zénithal.

Dans ce château aux modestes proportions les espaces réservés au service furent rejetés dans les dépendances qui s'ordonnaient autour d’une cour au sud du château. A l’est les deux bâtiments bas édifiés de part et d'autre de la cour d'honneur, de plan ovale fermée par une grille, abritaient pour celui du nord l'appartement des bains, orné de peintures de François Boucher, la conciergerie, la ménagerie et les poulaillers, et pour celui du sud un théâtre « à la chinoise », le service de la bouche, les écuries pour trente-sept chevaux, les remises et la chapelle du commun.

Dessiné par Garnier d'Isle, le parc était divisé en deux parties : l'une, à l'est, s'étageait habilement au-dessus de la Seine, en s'adaptant ingénieusement, par des allées courbes se croisant en X, à un terrain en très forte pente ; l'autre, à l'ouest, au-delà de la cour, comprenait deux séries de bosquets de part et d'autre d'un tapis vert. L'accès se faisait selon un axe transversal nord-sud parallèle au grand côté du château.

Décors intérieurs

À Bellevue, Madame de Pompadour fit réaliser des décors intérieurs du plus grand raffinement. Les deux niches du vestibule étaient ornées de « la Musique » d'Étienne Maurice Falconet et de « la Poésie » de Lambert-Sigisbert Adam (Adam l'aîné) (les deux œuvres se trouvent aujourd'hui au Musée du Louvre). Le grand salon et le salon de compagnie étaient ornés de boiseries de Jacques Verberckt, de dessus-de-porte de Jean-Baptiste Oudry et de trumeaux de Carle Van Loo. L'escalier était peint en trompe-l'œil par Paolo Antonio Brunetti. Au premier étage, la chapelle, située au centre, comportait un tableau d'autel de François Boucher, L'Adoration des bergers (Lyon, musée des Beaux-Arts). L'appartement du roi comprenait un cabinet doré réalisé par Verberckt et Boucher.

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 19:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Voici maintenant quelques illustrations....

Image

Le château et la vue qu'il offrait sur Paris par Brouard (Cliquez pour agrandir l'image :wink: )

Image

Bellevue, vu du côté de la cour

Image

Plan du domaine

Image

Le pavillon Brimborion et le château par J. Rigaud

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 20:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Quelques images supplémentaires....

Image

Le château vu du sud par J.A. Portail (cliquez pour agrandir l'image :wink: )

Bureau de vernis bleu (1749-1750) provenant de Bellevue :

Image

Voici également un extait du Voyage pittoresque des environs de Paris, ou Description des maisons royales, châteaux & autres lieux de plaisance, situés à quinze lieues aux environs de cette ville par M. D*** de Dezallier d'Argenville, Antoine-Nicolas, publié à Paris en 1779.
A lire à partir de la page 35.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102056q

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 20:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
Cet adorable petit secrétaire est actuellement exposé au musée des Arts Déco à Paris.

Voir ici : :arrow: secrétaire dos-d'âne

Je me souviens l'avoir admiré lors de l'inauguration du musée (après travaux), et parmi d'autres magnifiques chinoiseries.
Ma grande passion ! :P

Merci Maria-Antonia pour ces visites guidées. :wink:

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 20:46 
Hors ligne

Inscription: 20 Fév 2005, 22:39
Messages: 239
Merci beaucoup ! Ce voyage au coeur des résidences de la chère marquise est vraiment exquis ! J'ai hâte d'être à l'hôtel d'Evreux :wink: .

_________________
Ma vie est un combat.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Nov 2006, 21:59 
Vos commentaires et illustrations m'ont absolument ravie, chère Maria-Antonia :love: Quel plaisir d'admirer ces magnifiques demeures et décorations, en songeant à la marquise :D Le petit secrétaire bleu est exquis !
Merci également, La nuit, la neige pour les liens toujours très intéressants :D


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Nov 2006, 13:27 
Hors ligne

Inscription: 11 Oct 2005, 16:05
Messages: 315
Oh, oui, ce petit secrétaire... Merci pour vos commentaires si instructifs !

_________________
te voir encore me rappelle à la vie


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Nov 2006, 14:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Après ces quelques châteaux tous choisis par la marquise essentiellement pour leur emplacement non loin de Versailles, je vais maintenant vous présenter son château sans doute le plus éloigné de la cour, si l'on excepte celui de Pompadour dans le Limousin où elle ne vint guère et qu'elle vendit en 1760 au banquier Laborde.
Ce château dont il va maintenant être question est le seul, parmi ceux de la marquise, encore debout. Il s'agit de Ménars près de Blois.

Historique

Vers 1646, Guillaume Charron, conseiller du Roi et trésorier général de l'Extraordinaire des guerres « fit bâtir un château qui consistait en un corps de logis et deux pavillons » à Menars, dans un site superbe dominant la Loire. Son fils, Jean-Jacques Charron, président à mortier au Parlement de Paris et beau-frère de Colbert, en hérite en 1669. Il agrandit considérablement la seigneurie, qui devint l’une des plus grandes du pays Blésois et que Louis XIV érigea en marquisat en 1676.

Accompagnant le Roi à Chambord, la marquise de Pompadour serait tombée sous le charme des paysages ligériens du Blésois et aurait émis le souhait d’acquérir une nouvelle demeure en ces lieux. Ce fut chose faite en 1760 avec l’acquisition de Ménars. A cette occasion elle confia à l'architecte Ange-Jacques Gabriel les remaniements nécessaires
Sa première tâche fut la construction des ailes de part et d'autre des deux pavillons. Pour éviter la trop grande uniformité d’une façade partout d’égale hauteur, Gabriel couvrit ces deux ailes de toits plats, à l'italienne. Puis il compléta l’ensemble en élevant de part et d’autre de la cour d’honneur deux bâtiments : le pavillon de l'Horloge à droite (contenant les cuisines, reliées au château par un souterrain) et le pavillon du Méridien à gauche (contenant la conciergerie). C’est aussi sous sa direction que l’on procéda à de luxueux aménagements intérieurs, dont l’inventaire après décès de la marquise laisse imaginer le raffinement.

À la mort de la marquise de Pompadour en 1764, le château passa à son frère, Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du Roi. Il poursuivit les travaux engagés par sa soeur dont il confia la conduite à Jacques-Germain Soufflot, son compagnon lors de son fameux voyage en Italie . Côté cour, le corps de logis fut doublé par un corps en rez-de-chaussée couvert à l'italienne, tandis que les ailes édifiées par Gabriel furent dotées de combles à la française.

Après la Révolution de1830, le prince Joseph de Caraman-Chimay fonda à Menars un établissement d’instruction appelé le Prytanée, qui visait à réunir des jeunes gens de conditions et de nationalités différentes pour leur donner une éducation intégrale . À cet effet, il fit bâtir un vaste établissement à l'est de l'avant-cour, en partie conservé, ainsi qu'une petite usine à gaz pour éclairer le collège.

Architecture

On retrouve au centre du château actuel le corps de logis du XVIIème siècle à sept travées, flanqué par deux pavillons entre lesquels a pris place le corps ajouté par le marquis de Marigny. L’ensemble, malgré les transformations et les adjonctions, reste respectueux du style initial.

A l’intérieur, le corps ajouté par Marigny se présente comme une simple galerie, résultant de la réunion de trois pièces en 1912. Les trois grandes pièces au rez-de-chaussée du corps de logis central ont conservé des boiseries du dessin de Gabriel et des cheminées surmontées de glaces. Il s’agissait au centre du vestibule de Mme de Pompadour, à gauche de la salle du Dais et à droite du salon de compagnie.

L’escalier de pierre ainsi que la bibliothèque lambrissée d’acajou du premier étage datent de Marigny, mais quelques éléments de style Rocaille subsistent dans l’ancien appartement de la marquise.

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Dernière édition par Maria-Antonia le 14 Jan 2012, 19:48, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage