Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 25 Juin 2018, 08:28

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 21 Mar 2007, 20:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Valençay n’est pas que le château de Talleyrand. Le superbe mobilier Empire, le souvenir vivant du ministre ne doivent pas faire oublier que le château est l’œuvre de ses prédécesseurs, notamment la famille d’Estampes et au XVIIIème siècle le fermier général Legendre de Villemorien.

Plan du château aujourd’hui
Image

La construction du château actuel fut commencée par Louis d’Estampes et son épouse Marie Hurault dans les années 1520-1530 par la tour Nord-Ouest et une partie de l’aile Ouest. On trouve encore des plafonds à caissons avec leurs monogrammes.

Leur fils, Jacques d’Estampes, poursuivit l’œuvre de ses parents après son mariage en 1540 avec la riche héritière Jeanne Bernard, Dame d’Estiau.
On lui doit le toit à impériale de la tour Nord-Ouest et l’aile Nord avec son grand pavillon d’entrée, donjon tout symbolique avec ses trois ordres classiques, et son corps de galeries.
Ces travaux furent, semble-t-il, de longue haleine puisque la lucarne centrale du pavillon d’entrée porte la date de 1599 accompagnée des armes du seigneur d’alors, Jean d’Estampes.

L’aile Renaissance, du côté de l’entrée et côté cour
Image Image

Au début du XVIIème siècle, avec Dominique d’Estampes, les travaux continuèrent par l'édification de l’aile Ouest, face au parc, et de l’aile Est réservée aux communs, notamment les écuries. Enfin, la cour fut fermée au Sud par une série d’arcades ménageant ainsi une vue sur la vallée du Nahon.

Le château en 1705, dessin de Gaignières
Image

Dans la seconde moitié du XVIIème siècle la famille d’Estampes était sur le déclin : procès, successions, querelles familiales poussèrent à la vente par « Angélique-Françoise Rémond, veuve de François-Henri d’Estampes à Jean Law, seigneur de Tancarville (il s’agit bien du célèbre financier John Law !) de la moitié des indivis de la terre, seigneurie et châtellenie de Valençay, château, bâtiments, terrasses, cours, jardins, droits de patronnage, haute et basse justice, pêche, garennes, forêts de Gâtines et de Garsenland, contre 200.000 francs » le 12 octobre 1719.
L’autre moitié fut vendue au Prince Philippe de Vendôme pour le même prix le 19 mai 1722.
Ces ventes furent annulées par un arrêt du Conseil du Roi après la célèbre banqueroute de Law.

L’ensemble de la seigneurie sera finalement vendu le 22 juillet 1745 à Jacques-Louis de Chaumont de la Milllière pour 400.000 francs.
L’héritière de ce dernier, Mademoiselle de Chaumont de la Millière revendit le tout le 3 juillet 1766 à Monsieur Legendre de Villemorien, fermier général, pour la somme de 620.000 francs.
Celui-ci y adjoignit la terre de Luçay-le-Mâle, dont il fit prendre le nom à son fils, qui lui-même étendit encore ses propriétés en y joignant la terre de Veuil.

Legendre de Villemorien, gendre du financier Etienne-Michel Bouret, souhaita rapidement réaliser des travaux dans son nouveau château. Il semble que dans ce but il se tourna vers l’architecte de son beau-père, Antoine-Matthieu Le Carpentier qui lui recommanda un de ses élèves, Joseph-Abel Couture.
En effet, ce dernier dans sa lettre de candidature à l’Académie Royale d’architecture écrit : « le S. Couture dû aux bonté de M. Le Carpentier Les grandes augmentations ; embellissements, décorations, Parc, Jardins, Potager, Caneaux Terrasse et plantations du Château de Vallençay en Berry, Château très considérable et peut être un des plus considérables du Royaume tant par sa grandeur que par sa construction, commencé par Philibert de Lorme, où le S. Couture a eu l’avantage de faire une quantité prodigieuse d’ouvrages […] exécutés par économie sur les dessins et conduite du S. Couture et Soumis aux conseils de M. le Carpentier.»

Les travaux de Couture se concentrèrent essentiellement sur l’aile Ouest qui abrite le corps de logis. Ainsi, du côté du parc, il l’uniformisa avec la grande tour Renaissance et construisit le pendant de cette tour.
Son effort pour intégrer cette nouvelle construction est par ailleurs fort louable, car un œil non averti ne saurait déceler la non-contemporanéité de ces deux tours, qui est essentiellement trahie par les consoles « Louis XVI » qui soutiennent le chemin de ronde de la plus récente.

Aile ouest du côté du parc
Image

La tour Sud-Ouest
Image

Sur la cour, par contre, la composition très monumentale et scandée d’un ordre colossal de pilastres ioniques, tranche résolument avec le reste du château. Son centre est animé d’un avant-corps en légère saillie, d’une travée encadrée de pilastres jumelés, et couronné d’un édicule sommé de volutes et orné de guirlandes.
Aujourd’hui, l’effet produit par cette élévation est bien différent de celui voulu par l’architecte, les arcades du rez-de-chaussée étant munies d’huisseries alors qu’elles étaient à l’origine ouvertes sur la cour, ce qui ménageait une certaine continuité avec les arcades du corps de bâtiment du XVIème siècle. Encore une fois, Joseph-Abel Couture avait tenté d’intégrer au mieux la nouvelle façade à l’ensemble du XVIème siècle, dont il pensait que les plans avaient été donnés par Philibert Delorme.

Aile Ouest sur la cour
Image Image Image

Avant l’ajout d’huisseries
Image Image

Tous ces travaux engendrèrent la destruction de la série d’arcades qui fermaient la cour. Par contre, la destruction de l’aile Est semble être attribuable au fils de Legendre de Villemorien, Legendre de Luçay, si on en croit un gravure publiée en 1794 dans Voyages dans les départements de la France.

Gravure de 1794
Image

Joseph-Abel Couture intervint également sur la distribution intérieure ( à la galerie du rez-de-chaussée correspond une galerie au premier étage distribuant les différents appartements et la chapelle) et les décors. D’ailleurs, aujourd’hui encore la majeure partie des décors est de « style Louis XVI ».

Le vestibule
Image

Le petit salon ou salon bleu
Image

Le grand salon
Image Image

Salon de musique dans la tour Sud-Ouest ( a conservé sa peinture d’origine dans une harmonie de bleu, de vert et de blanc)
Image Image

Galerie du premier étage distribuant les appartements ( a conservé son ensemble de commodes et de consoles du XVIIIème siècle)
Image

C’est Legendre de Luçay qui vendit en 1803 à Charles-Maurice de Talleyrand le château en très bon état, ayant traversé la Révolution sans déboires.

Les conditions de l’achat sont intéressantes, même si elles sortent du contexte du XVIIIème siècle.
Le Premier Consul souhaitait appliquer les préceptes de Choiseul concernant les qualités de l’accueil facilitant le travail diplomatique. Ainsi il dit un jour à Talleyrand, son ministre des Relations Extérieures : « Monsieur de Talleyrand je veux que vous achetiez une belle terre, que vous y receviez les gens du Corps Diplomatique, les étrangers marquants, qu’on ait envie d’aller chez vous, et que d’y être invité soit une récompense pour les ambassadeurs des souverains dont je serais content… »
Assistait à l’entrevue le comte Legendre de Luçay, Préfet des Palais Consulaires, qui, à court d’argent, proposa son domaine de Valençay, dont la charge lui était devenue bien pesante ; la description qu’il en fit convint à Bonaparte.
Un peu effrayé de la distance qui l’éloignerait de Paris et des « affaires », Talleyrand avança que la somme demandée dépassait ses modestes moyens… Qu’à cela ne tienne, Bonaparte avait décidé, il « complèterait » la somme. Complément qui dépassait de beaucoup l’apport initial !
C’est ainsi que l’acte de vente fut passé en Mai 1803 pour la somme de 1 600 000 francs.

Resté dans la famille de Talleyrand jusqu’en 1979, le château n'a subi qu’une transformation notable au début du XXème siècle : l’ajout d’huisseries à la galerie d’arcades du XVIIIème siècle. Il a été vendu en 1970 conjointement au département de l’Indre et à la commune qui en ont confié la gestion à une entreprise privée spécialisée dans la gestion de Monuments Historiques.

:arrow: :idea: Cliquer sur les images pour les agrandir :wink:

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 21 Mar 2007, 21:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2006, 20:34
Messages: 160
Merci pour ce brillant exposé! Vous faites bien de nous rappeler le passé d'un château que j'ai moi-même trop souvent tendance à associer au style empire. :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 21 Mar 2007, 21:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2006, 15:18
Messages: 93
Merci , chère Maria-Antonia !
Votre conférence écrite me donne une envie folle d'aller découvrir ce magnifique château, que je connaissais mal, puisque seulement de nom... :roll:
:wink:
Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 21 Mar 2007, 23:49 
...moi également ! Ce château sera le prochain que je visiterai...


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 00:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 777
Localisation: Paris
Merci encore pour cette belle visite si plaisamment guidée... :P

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 02:15 
Hors ligne

Inscription: 24 Oct 2006, 16:25
Messages: 64
Merci pour ce beau sujet! Décidément j'adore ce forum! :Soleil:

_________________
"Any way the wind blows...."
Queen, Bohemian Rhapsody.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 10:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Dollia a écrit:
Ce château sera le prochain que je visiterai...


Profitez-en pour également visiter celui de Bouges sis à quelques kilomètres de là et dont j'ai déjà parlé ici
:arrow: http://www.lafoliedix-huitieme.eu/ftopi ... hon%22.php

D'ailleurs, ce dernier fut le propriété de Talleyrand qu'il semble avoir acheté pour sa nièce par alliance, la duchesse de Dino.

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 10:46 
Oh ! C'est vraiment très gentil à vous de me guider ainsi :wink: Je ne manquerai pas de suivre vos conseils et suggestions, chère Maria-Antonia, qui m'apportent beaucoup ! Merci infiniment pour cette suggestion :P


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 11:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Je sais que certains d'entre vous apprécient tout particulièrement Madame Vigée-Lebrun.
Or dans la chambre de Madame de Bénévent ( Madame de Talleyrand) on trouve son portrait réalisé par Vigée-Lebrun en 1783, alors qu'elle était agée de 21 ans.
Le Métropolitan Muséum of Art possède le même portrait signé et daté. Valençay conserverait donc une copie.
N'étant pas spécialiste en peinture je vous laisse juger. :wink:

Le portrait in-situ à Valençay et un détail
Image Image

Le portrait conservé à New-York
Image

Par ailleurs, dans la même chambre on peut voir une copie d'un autoportrait de Vigée-Lebrun réalisé par sa fille. L'original de 1789 est conservé aux Offices à Florence.

In-situ et détail
Image Image

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 22 Mar 2007, 11:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2006, 15:18
Messages: 93
Sachant la raison pour laquelle Elisabeth faisait regarder les anges par certains de ses modèles, il faut croire que la jolie Catherine-Noëlle Grand ne devait pas être la femme la plus spirituelle qui soit... :lol: :lol: :lol:

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage