Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 25 Juin 2018, 08:27

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le château de Lunéville
MessagePosté: 27 Jan 2006, 17:17 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
Le château, dans son architecture actuelle, a été construit entre 1703 et 1709 par l'architecte Germain Boffrand, disciple de Mansart, sur commande de Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar. Son architecture est inspirée de Versailles, d'où son surnom de petit " Versailles lorrain ". Le château de Lunéville édifié sur un terrain en dénivelé, s'ouvrait sur une vaste cour d'honneur qui montait vers le corps de bâtiment, lequel était percé d'une majestueuse entrée sous forme de trois arcades flanquées de colonnades. A l'arrière, les jardins tracés par Yves des Hours, disciple de Le Nôtre, longeaient les eaux calmes de la Vezouze, étendant au loin leur succession de charmilles et de bosquets ponctués de fontaines et de statues au style antique.

Image
Lunéville - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le château est destiné à plaire à cette habituée de Versailles qu'était la duchesse Elizabeth-charlotte d'Orléans. (fille de Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et de la princesse Palatine) mais aussi à s'éloigner de Nancy ou la présence des soldats du Roi-Soleil exaspérait le Duc. Il se fit construire également une résidence d'été : le château de La Malgrange; aux portes de Nancy.

A Nancy, le palais ducal fut transformé. Le "Louvre de Boffrand" commençait à s"élever à partir de 1715 mais cette commande du Duc ne sera jamais terminée et sera démolie en 1745.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2006, 17:50 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
Le 29 mars 1729, âgé seulement de 49 ans, Léopold meurt. Son fils Francois, né à Lunéville, avait été envoyé à Vienne en 1723 pour y recevoir une éducation de style impérial. Son mariage avec l'archiduchesse d'Autriche, Marie-Thérèse, descendante directe de Charles Quint, était fermement inscrit dans les prévisions diplomatiques. Quand Francois III, par ce mariage, se mit dans l'orbite de L'Empire, la France considéra que la neutralité perpétuelle déclarée par Léopold n'était qu'un leurre.

Image
Elisabeth-Charlotte et son fils François III
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


La duchesse Elisabeth-Charlotte assuma la régence à la mort de son mari. Francois III n'arriva en ses duchés qu'en novembre 1729. Ses manières et son entourage autrichien déplurent. En 1736, il épousait Marie-Thérèse d'Autriche. Aussitôt, la diplomatie francaise s'empressait d'obtenir la renonciation du duc à ses duchés, ce qui se realisera. Francois III renonçait à ses duchés en échange du duché de Toscane. Louis XV, quant à lui, donne les duchés à son beau-père, le roi Stanislas, pour compenser la perte de la Pologne. La Lorraine reviendrait a la France à la mort du vieux monarque.
Le peuple lorrain est indigné. Indignation partagée par la duchesse douairière: "Mon fils s'est coupé la gorge, à lui et à toute sa famille."
Par une singulière ironie, le sort faisait de cette princesse d'Orléans, nièce de Louis XIV, petite-fille de Louis XIII, la dernière incarnation de l'indépendance lorraine.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2006, 18:49 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
Stanislas arriva en ses duchés au mois d'avril 1737 et choisit de s'installer à Lunéville plutôt que dans la capitale régionale, manifestant ainsi sa volonté de mettre ses pas dans ceux des ducs héréditaires et marquant aussi sa défiance : l'animosité affichée par la population de Nancy l'inquiétait et il préférait s'en préserver.

Avec l'arrivée de Stanislas, Elisabeth-Charlotte partit pour le château de Commercy laissé inhabité par le cardinal de Retz.

Assoupi dans sa pompe et son éclat, le château de Lunéville avait besoin d'être réveillé. Depuis la mort de Léopold, huit ans plus tôt, le bâtiment n'avait été peuplé que des dernières ombres qui accompagnaient la veuve dans sa solitude.

Stanislas fit réaménager les jardins du château. Les anciens bosquets du duc Léopold étaient bien dégradés et le parc paraissait un peu terne à ses yeux. Avec Héré son architecte, il traça les plans d'une déconcertante maisonnette de bois qui se dressa bientôt en face du château. Une triple toiture à bords retroussés conférait à l'ensemble l'aspect surprenant d'une pagode chinoise plantée en pleine campagne lorraine.
A l'intérieur de ce petit édifice, le rez-de-chaussée formait un salon ouvert sur de larges baies, surmonté d'une galerie destinée à l'orchestre qui animerait les fêtes données dans ce lieu délicieux et intime. Sous les toits, l'étage était consacré aux jeux d'eau. Une grotte de rocailles avec sa cascade dispensait une bienfaisante fraicheur sous la touffeur de l'été et un "salon de bains" aux murs recouverts de faiences permettait aux invités de se détendre dans la douce atmosphère des ondes ravigotantes.

Stanislas donna à sa construction le nom turc de "kiosque". Très vite, la folie de Lunéville devint une curiosité fort prisée et l'on accourut de toute l'Europe pour observer cette étrange chinoiserie.

Image Image
Coupe et vue du kiosque

Les mois suivants, Stanislas et Héré faisaient construire le Trèfle. C'était un pavillon composé, comme son nom l'indique, de trois avancées revêtues d'une couverture ondulée et surmontée d'une courte tourelle coiffée d'un toit à la chinoise.

Image Image
Plan et élévation du Trèfle

Les chartreuses constituèrent un ensemble d'une dizaine de pavillons munis de leur propre jardinet destinés aux hôtes de Lunéville.

Et, tout au bout du parc, sur le hameau de Chanteheux, s'éleva un bâtiment carré de style classique abritant deux salons superposés.

Image
Le pavillon de Chanteheux

Celui du bas, le salon d'été, imitait l'obscurité, la rocaille et la fraîcheur d'une grotte agrémentée de fontaines et de statues. Celui du haut en revanche, réservé à la saison froide, était largement éclairé par de larges croisées ouvertes sur le ciel et chauffé par un système ingénieux de cheminées et de poêles.
Dans le parc, un grand canal vint apporter cette indispensable touche versaillaise sans laquelle les plus beaux jardins seraient considérés comme des friches incultes.

Image
Vue du canal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Jan 2006, 18:56 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
A l'intérieur du château, Stanislas avait fait aménager des salons dignes d'un monarque. Sur le parquet de la chambre de parade s'étalait un gigantesque tapis de Turquie tandis que sur les murs, recouverts d'une tenture de velours avec broderies d'or, étaient accrochés les portraits de Marie sa fille, du roi de France, du dauphin et de ses soeurs.
Il lui fallut même une "salle du trône" tendue de velours cramoisi et agrémentée d'un dais de fils d'or. Dans la salle à manger, parée d'une horloge astronomique, de guirlandes de cristal et de vases de Sèvres, les boiseries enserraient douze toiles racontant les aventures homériques du roi Achille.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 28 Jan 2006, 00:37 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Merci pour cet intéressant exposé, Magnat. Poursuivez ! :wink:

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Jan 2006, 16:05 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
Revenons un moment aux jardins. Dès qu'on s'avancait sur la terrasse du chateau,on s'extasiait devant le grand pavillon de la cascade marquant l'entrée du canal.

Image
La cascade

Ce palais italien à sept cintres, auquel on avait accès par deux escaliers en arc coiffés de statues blanches comme neige,voyait jaillir à ses pieds les eaux chantantes d'une merveilleuse cascade.
A l'intérieur du pavillon, juste une grande table soutenant un surtout de faïence à décor rose et, au plafond, une fresque représentant Stanislas (dans la force de l'âge) sous les traits de Phébus conduisant son char.

Aux abords du kiosque, une Comédie champêtre prêtait ses décors en trompe l'oeil aux représentations dont Stanislas était très demandeur à la belle saison.

Fort bien situé dans une échancrure en fer à cheval aménagée près des grilles du château se trouvait le Rocher.

Image
La Cour devant le Rocher

Sur plus de 250 mètres et sous une loge dans laquelle on avait l'illusion de voir les menbres de la cour représentés en grandeur réelle, des rochers d'où surgissaient d'innombrables cascades offraient le plus surprenant spectacle d'automates qui se pût voir en Europe et, peut-être, dans le monde entier.
L'horloger nancéien Francois Richard n'en avait pas installé moins de 86 qui animaient trois cents figures ambulantes sculptées dans le bois. En allant de la gauche vers la droite car il fallait souvent attendre son tour, on découvrait d'abord en action les travaux bien connus dans les villages : des bergers et leurs chiens gardaient leurs moutons, des paysannes filaient la laine, un meunier activait son moulin, un forgeron éclaboussait son enclume d'étincelles......
Puis venaient les petits plaisirs du dimanche : une demoiselle se balançait sur son escarpolette, des femmes conversaient joyeusement, leurs maris aussi, mais devant une bouteille (une sorte d'ivrogne buvait même au goulot) sur les bancs d'une auberge......

Enfin, tout à l'extrèmité, à droite, on s'arrêtait devant un ermite en prière, au fond de sa grotte.Un enchantement.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Jan 2006, 16:27 
Hors ligne

Inscription: 02 Jan 2006, 19:05
Messages: 7
Localisation: Meurthe-et-Moselle
A quatre heures de l'après-midi, le 23 février 1766, Stanislas succombe à ses brûlures, la Lorraine devenait donc francaise.

Tout doit disparaître. En trois mots, Louis XV régla la succession de son beau-père au lendemain des grandes funérailles du roi de Pologne.
Tout ce qui représentait un peu de valeur dans le château et les pavillons de Stanislas fut dispersé à l'encan sous les yeux des Lorrains d'abord incrédules puis consternés. A force de supplications, Madame Adélaïde parvint néanmoins à sauver les bosquets dont on fit un jardin public -Stanislas s'en serait réjoui. Mais la plus polonaise des filles de Louis XV ne put empêcher la vente des chartreuses aux plus offrants.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Jan 2006, 19:39 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Merci Magnat pour cet intéressant récit. :P

ps : par convention, en Histoire, on utilise les chiffres romains pour la numérotation des siècles et des noms de souverains. :wink:
Je crains que vous ne perdiez quelques points dans vos dissertations :( et n'ayez quelques soucis avec vos professeurs si vous continuez à utiliser les chiffres arabes... mais peut-être l'Université est-elle moins sourcilleuse sur ces détails aujourd'hui qu'à l'époque - déjà lointaine :oops: - de mes études... :roll:
Je reste de la "vieille école" donc j'édite votre message. :wink: J'ose espérer que vous ne m'en voudrez pas.

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage