Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 25 Juin 2018, 08:27

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le château de Benrath
MessagePosté: 01 Avr 2005, 18:55 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Image

© Christian Fleger -
Cliquez sur les images du sujet pour les agrandir


Bonjour à toutes et tous,

Je vous présente aujourd'hui le château de Benrath, sis près de Düsseldorf en Rhénanie du Nord-Westphalie. D'excellents souvenirs d'adolescence m'attachent à ce lieu charmant et plus globalement à Düsseldorf. :D Que mes amis d'outre-Rhin voient dans ce petit sujet sur Benrath, une part infime de l'amitié et de la reconnaissance que je leur voue... :wink:

" Le pavillon de chasse et les jardins de Benrath sont à deux heures à pied en amont du Rhin de l'ancienne résidence et capitale Düsseldorf.

Image

Vue aérienne du domaine de Benrath
© H.G. Weigel, ITW-Film


Il a été construit en 1755 pour l'Electeur palatin Carl-Theodor, duc de Juliers-Berg, descendant de la lignée des Pfalz-Sulzbach

Image

Carl Theodor, vers 1750. © Landesmedienzentrum B-W

et pour son épouse Elisabeth-Auguste.

Image

Elisabeth-Auguste en 1752. © Mannheim, Reiss-Engelhorn-Museen
Pour ces deux portraits et la plupart des photos du sujet, sauf mention contraire :
arrow: http://www.zum.de/Faecher/G/BW/Landesku ... rg/benrath



Ici, déjà à cet endroit depuis le Moyen-Age, les seigneurs tels les comtes, plus tard ducs de Berg, les ducs de Juliers-Clèves-Berg, au XVII ème siècle les comtes palatins du Rhin et ducs de Neuburg, en 1685 également des électeurs du Palatinat, avaient fait construire et habité des châteaux qui selon l'usage du pays étaient érigés en châteaux forts et en châteaux entourés de douves.
Une résidence d'été avait été construite entre 1651 et 1666 par le comte palatin Philipp-Wilhelm et par sa seconde épouse Elisabeth-Amélie, au milieu de jardins, de plans d'eau et de parcs giboyeux.

Lors de l'avènement de l'Electeur Carl-Theodor en 1742, la résidence qui avait brûlé en 1740, avait besoin d'une remise en état coûteuse.
De plus, cette résidence ne répondait plus, au milieu du XVIII ème siècle, aux exigences d'une vie de cour modifiée.

En 1755, l'Electeur Carl-Theodor, dont la résidence permanente était Mannheim et Schwetzingen, décide de la construction d'un nouveau château.

Image

Maquette

Ainsi, la démolition de l'ancien château était liée à la nouvelle construction, à l'exception du bâtiment à quatre ailes situé à l'est, dont il subsiste aujourd'hui les tours d'entrée, un bâtiment d'angle qui abrite la chapelle et l'aile nord avec ses riches plafonds en stuc (vers 1700). L'aile utilisée comme orangerie au cours de la seconde moitié du XVIII ème siècle et qui est aujourd'hui un centre culturel pour la partie sud de la ville, est désormais appelée Orangerie.

Image Image

L'Orangerie et sa décoration baroque confrontée à une expo de sculpture contemporaine. :wink:

Le nouveau bâtiment du château de Benrath a gagné de l'importance en 1755 car la résidence-château de Düsseldorf était démodée et il n'y avait pas de place pour construire un jardin indispensable à une cour du XVIIIème siècle. Par contre, à Benrath, toutes les conditions étaient remplies pour une résidence princière "moderne", pour une maison de plaisance avec des jardins, un parc giboyeux, les bassins alimentés par le cours de l'Itter, un paysage champêtre et des possibilités de chasses étendues.

La construction d'un château de plaisance avait trouvé au XVIII ème siècle un intérêt architectural particulier. Il répondait aux nouvelles exigences de la vie de cour et à un changement de point de vue qui tendaient à plus d'intimité et de vie privée au milieu de la nature.
Ces petites maisons de plaisance et ermitages, éloignés des résidences et en bord des parcs princiers, avaient pris modèle sur le Trianon de Porcelaine à Versailles et sur le château de Marly. Ils étaient destinés aux séjours divertissants des princes, libérés des affaires d'Etat et de l'étiquette rigide.
Ces résidences se caractérisaient également par l'absence de pompe apparente, un paysage champêtre et l'étroite alliance de la maison et du jardin, de l'architecture et de la nature.

Benrath étant le lieu choisi, Carl-Theodor engagea l'excellent architecte Nicolas de Pigage (1723-1796)

En 1748, il fut nommé "Intendant des Jardins et des Eaux" à la cour de Mannheim. Depuis 1752, il était architecte en chef palatin.
Né à Lunéville, Pigage avait fait ses études à Nancy et à Paris où il avait fait connaissance avec l'architecture moderne en France et suivi les cours de l'école de Jacques François Blondel.
Ce dernier avait rassemblé dans un ouvrage les théories de construction des maisons de plaisance modernes (1737-1738).
Pigage a su utiliser à Benrath les données du paysage et les jardins pour la réalisation de son oeuvre.
Il a réalisé ici une résidence princière privée, d'un concept général uniforme, alliant l'art et la nature.

Image


Elle est plus qu'une maison de plaisance pour un court séjour, cette résidence a été conçue avec assez d'élégance pour suffire au cérémonial de la cour devenu moins sévère mais cependant resté indispensable. En alliant le grand style et l'intimité, en transition du cérémonial représentatif de la cour vers un cérémonial plus simple, parallèle à la transition de l'époque baroque au classicisme, les structures de Benrath reflètent les idées intellectuelles et mondaines de l'époque de la construction.

Pigage a conçu un groupe de cinq corps de bâtiments à un étage en liaison avec les formes, les fonctions et la thématique des décors intérieurs et extérieurs, par rapport aux jardins et aux plans d'eau. Deux ailes autonomes et symétriques étaient réservées aux nobles suivant la Cour, aux fonctionnaires et aux valets.

Image

© Thomas Mayer

Image

A ce complexe appartenaient également les communs et deux bâtiments d'entrée latéraux.
Pigage a groupé le tout autour d'un grand étang rond qui donne à l'ensemble une grande étendue et l'éloigne en même temps du village.

Image

Vue panoramique du château et de ses communs

Les murs du quai du côté du château reprennent les accents architecturaux du château et forment le socle continu des bâtiments individuels en regroupant les édifices avec la nature. Les ailes des bâtiments en demi-cercle qui sont reliées au bâtiment principal par l'optique des lignes horizontales de leur architecture, rappellent les bâtiments d'orangeries et soulignent l'ensemble tel un château-jardin.

Image


Le bâtiment principal replié dans les jardins et surélevé d'un soubassement à un étage se détache par la sculpture architecturale et la toiture en contrecourbe. Ainsi le château apparaît comme un pavillon de forme classique, tel un béveldère de jardin.

Image Image


Image

copyright © 1998 Tim Spragens

De riches décorations se découpent sur les façades du jardin qui caractérisent le bâtiment en pavillon de chasse et en résidence campagnarde.

Image

© Axel Kleingünther

Le crépis rose des murs en harmonie avec le gris clair des pierres de taille de la façade, le blanc des boiseries et le gris-bleu des tuiles du toit donnent à l'ensemble des bâtiments une impression de fête, de gaieté.

Image

L'architecture et la nature se fondent. Les terrasses et les escaliers mènent aux jardins qui sont en contrebas, confondant les frontières entre la maison et les jardins, dont les dimensions et les formes se réfèrent à l'architecture. Les pièces intérieures dont les plans sont symétriques, composent les appartements princiers et font partie du jardin. Leur disposition et leur forme correspondent à l'espace de jardin attenant : devant les appartement du couple princier, on trouve à l'ouest et à l'est leurs jardins particuliers.

Devant les salles de réception,

Image

Photo trouvée sur ce site :
:arrow: http://www13.brinkster.com/villodelpi/alemania2004.htm


se trouvent les jardins publics avec l'étang du château, la terrasse au sud et le canal, ainsi que le grand étang Spiegelweiher (bassin au miroir).

Image Image

A l'Ouest, se rattache le bosquet qui avec ses allées en étoile forme le parc de chasse, dans lequel le jardin d'acclimatation du XVII ème siècle avait pris place.
Pigage relia également le château avec les plans d'eau du parc : les canaux qui les reliaient étaient alimentés par les eaux de pluie du bâtiment et passaient par le souterrain qui existait dans le mur de briques.
Ce souterrain forme avec ses halls et ses galeries une grande salaterrena qui s'ouvre sur les jardins et forme le plan de perspective des pièces princières du rez-de-chaussée.
Il est rare de voir au XVIII ème siècle la conception d'une maison de plaisance aussi génialement solutionnée qu'à Benrath.

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Avr 2005, 15:47 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Pigage se révèle être un des architectes les plus importants de son époque.
Le château, de par sa répartition rationnelle et intelligente des pièces intérieures, ainsi que par leur décoration par rapport au jardin, est un chef-d'oeuvre de haute qualité.
Sur une petite surface (42 x 27 m) sont répartis 80 pièces et 7 escaliers que l'on ne soupçonne pas derrière la façade à un étage. Ces pièces ont été aménagées symétriquement, en partie sur 4 étages et 2 cours ovales intérieures.
Les grandes salles de représentation sont rattachées aux pièces particulières intimes, à des petites chambres et à des pièces simples pour les serviteurs. Elles remplissent toutes les exigences des théories du XVIIIème siècle qui tendent à la "bienséance", à la disposition et à l'arrangement conformément à leur vocation représentative ou particulière et répondent au souci de "commodité" d'une cour qui aime ses aises. Des entrées et des sorties, de larges escaliers ainsi que d'étroits escaliers en colimaçon et des couloirs à différentes hauteurs, relient les pièces de façon pratique, du souterrain aux mansardes.
A l'exception de l'escalier principal et du couloir du premier étage, tous ces escaliers sont cachés derrière et entre les pièces princières.

L'appartement de résidence est situé au rez-de-chaussée vers le jardin et sa décoration est précieuse et raffinée.
Les salons de réception forment le centre d'un grand vestibule de couleur atténuée dans lequel on retrouve la décoration architecturale de l'extérieur,

Image

Le vestibule - Bild: Stiftung Schloss Benrath

ainsi que la magnifique salle à coupole, dallée de marbre, en avancée sur la terrasse sud.

Image

L'orchestre de la Neuehofmusik de Düsseldorf dans la salle à coupole du château de Benrath. :wink:

Image

A l'est, suit l'appartement de l'Electrice symétriquement à l'ouest celui de l'Electeur. A la salle à coupole s'adjoignent les salons-jardin rectangulaires, ouverts à la lumière vers le sud et qui sont richement décorés de boiseries, de miroir à cadre doré, de consoles, de dessus-de-porte, ainsi que de parquets.

Image

Salon de Jardin de la façade Sud, vers l'Est-Bild: Stiftung Schloss Benrath

Ces galeries appartiennent aux salles de réception comme aux suites privées qui sont dans le côté étroit du bâtiment à l'est et à l'ouest, et qui sont composées de chambres et de salons de forme octogonale avec sculptures sur bois et murs tendus de soie, ainsi que des parquets en marqueterie; au nord, un salon aux murs également tendus de soie ainsi que de petits salons d'habillage et salles de bains ovales et hexagonales qui sont groupées autour des cours intérieures ovales.
Les salles de bains ont de riches décorations de stuc. Les garde-robes sont plus simples dans leur décoration mais n'ont rien à envier dans leurs couleurs, leur stuc et leurs parquets aux grandes pièces. A l'exception de ces petites pièces, l'enfilade des appartements princiers occupe tout le rez-de-chaussée.

La grande salle ronde en marbre occupe toute la hauteur du bâtiment avec sa coupole peinte et à cassettes qui va jusque sous les combles et s'ouvre à cette hauteur en un belvédère inondé de lumière surplombant le toit d'un balcon.
De hautes fenêtres - la plupart des portes-fenêtres - donnent à ces pièces une lumière et une vue inattendues sur les jardins. De hauts miroirs reflètent de manière extraordinaire la lumière et les jardins. Les portes-fenêtres permettent un passage simple et pratique entre les pièces et les jardins. Celles-ci suivent également le rythme de changement entre les formes architecturales rectangulaires et centrales, répondant à la tendance de "variété" de l'époque déjà démontrée dans l'enfilade des pièces intérieures.
Devant le vestibule rectangulaire, se trouve le grand étang rond; devant la salle ronde à coupole, s'étend une partie de jardin de près de 800 m de long avec le canal, le Spiegelweiher.

Devant les chambres à coucher octogonales, s'étendent les longs jardins privés avec leurs bassins.

Image


Image

La façade Est du château : fenêtre de la chambre de l'Electrice (au centre) et jardin français de l'Electrice.
Au pied de la chambre de l'Electeur, côté Ouest, s'étend un jardin anglais. :wink:


Le jardin répond à la hauteur des pièces intérieures, par une dégradation en contrebas. Ceci est une considération artistique afin de donner aux pièces et jardins de l'ampleur et de la hauteur.

Les petites salles de bains, les garde-robes sur les cours intérieures, ainsi que les pièces d'ordonnance de la partie nord sur le côté du vestibule, permettent un étage pour les gens de maison. Cet étage était logé entre le rez-de-chaussée et le premier étage, grâce à ses petites dimensions et à ses bas plafonds. Il restait dissimulé derrière les appartements princiers, grâce à ses propres couloirs et escaliers.

Le premier étage aux murs droits s'élève jusqu'aux mansardes à voûtes et laisse place à la chapelle ainsi qu'à un appartement de trois pièces et à trois appartements de quatre pièces pour la suite du couple princier.
De plus, deux grandes pièces de réception attenant à chacun des deux appartements y prennent place également.
Les appartements qui sont orientés vers le sud sont beaucoup plus confortables en ce qui concerne la découpe et la décoration, par rapport aux appartements du nord.
La chapelle, au-delà du vestibule, dans l'axe de la salle à coupole, s'ouvre comme celle-ci sous les toits avec une galerie, un auditorium pour les gens de maison.
Les pièces du premier étage donnent dans leur confort agréable presque l'impression de l'art d'habitat bourgeois, qui devient à la mode près des cours. Ces pièces prouvent également le goût raffiné et la richesse d'adresse des artisans d'art qui ont travaillé sous l'égide de l'architecte Pigage.
Des parquets marquetés, des cheminées en pierre et en marbre, des boiseries polychromes, des tentures de murs en soie et en toiles indiennes à grosses fleurs, des cadres de miroirs sculptés et dorés et des consoles, de ravissants décors en stuc se joignent aux oeils-de-boeuf et reflètent une image élégante.
Au-dessus des pièces sur la cour intérieure, se trouvent les chambres mansardées réservées aux serviteurs des habitants du premier étage.
A la fin de l'époque baroque, lors de la transition du classicisme, on peut dire qu'encore une fois cette époque qui tendait à la réunion de l'ensemble des Arts, a pleinement réussi avec le château de Benrath.
L'architecture et les arts décoratifs se trouvent ici réunis. Le peintre Lambert Krahe, directeur de la Galerie et Académie de Düsseldorf, les artistes de la cour de Mannheim ont été ici à l'oeuvre; parmi eux le sculpteur et directeur de l'Académie de Mannheim, Peter Anton Verschaffelt,

Image

© Axel Kleingünther -
Statuaire du parc, par Verschaffelt.


les sculpteurs sur bois Matthaüs van den Branden et Augustin Egell, le stucateur Guiseppe A. Albucci, le parqueteur et ébéniste Frank Zeller, les peintres Franz Anton Leidensdorffer et Johann M. Metz.

L'affectation et l'emplacement du château correspondent aux thèmes du décor intérieur et extérieur : la nature dans l'écoulement du temps; les jours et les saisons, ses éléments : la terre, l'eau, le feu, l'air.
Les figures mythologiques liées à la nature, en premier lieu Diane, déesse de la chasse, la vie champêtre avec ses divertissements, tels la chasse ou la pêche, la vie "naturelle" et "libre" des bergers sont partiellement représentées sous forme de scènes joyeuses d'enfants, la plupart du temps de façon idyllique.

Les travaux intérieurs et extérieurs furent achevés en 1770. A part quelques changements insignifiants dans le jardin, le château de Benrath est resté intact jusqu'à nos jours. :P [...]

Le prince électeur Carl Theodor qui devint en 1777 également prince électeur de Bavière avec résidence à Munich, n'a passé que très peu de temps à Benrath. Sous le règne de son successeur, Wilhelm, duc de Bavière, habita le château de 1804 à 1806.
Joachim Murat, beau-frère de Napoléon a résidé ici en tant que Grand Duc de Berg.
En 1815, le château devint propriété de la Prusse avec les duchés de Juliers-Berg. Pendant les mois d'été, il servait de résidence aux membres de la famille royale de Prusse et aux princes de Hohenzollern-Sigmaringen.
Les rois de Prusse et l'Empereur d'Allemagne habitèrent Benrath au cours de manoeuvres ayant lieu aux environs.

En 1911, la commune de Benrath acquit le château et les domaines à la couronne de Prusse; ainsi, ce chef-d'oeuvre fut-il sauvé de la démolition et du parcellement. :D
Les travaux de restauration purent commencer. En 1929, le château devint propriété de la ville de Düsseldorf de par l'incorporation communale de Benrath. La ville de Düsseldorf s'engagea à maintenir ce petit joyau d'art avec ses bâtiments, ses jardins, ses plans d'eau. Elle veille avec beaucoup de soin à l'entretien coûteux et à la restauration nécessaire, causée par le vieillissement, la guerre et la pollution.

Image

© Thomas Tintemann (1997)

Le château ne possède plus le mobilier de l'époque de Carl Theodor, à l'exception des miroirs accrochés aux murs et consoles, de quatre grandes tables et d'un assez grand nombre de fauteuils et chaises.
On les a remplacés par une collection se rapportant au maître d'oeuvre et au bâtiment. Cette collection a été commencée entre les deux guerres mondiales et est systématiquement complétée depuis 1945. Elle possède des meubles qui dans leur proportion, leur forme, leur ornement, s'intègrent dans l'espace de Benrath et sont caractéristique de la vie dans une maison de plaisance.
Cette collection détient également des oeuvres signées d'ébénistes français et allemands de Paris, des lustres, des appliques, des pendules, des objets de chasse, de la vaisselle et de la verrerie avec des décors de chasse.
Une collection spéciale de porcelaine est réservée à la manufacture de Frankenthal, manufacture de l'Electeur. Elle complète la thématique du château et de la Cour. Les maîtres de la Manufacture appartenaient au cercle d'artistes de la Cour de Carl Theodor.
On retrouve dans les figurines de porcelaine et dans les peintures des services de table, les idées, la façon de vivre et la représentation du monde qui influencèrent également la construction du château de Benrath.

Une autre collection est composée des travaux graphiques réalisés au moment de la construction par des artistes de la Cour de Mannheim et de Düsseldorf et ayant le même thème : construction du château et de ses jardins. Des documents de la construction et des réalisations des artistes qui travaillèrent ici forment un ensemble d'oeuvres qui sont montrées au cours d'expositions temporaires."

Texte du professeur Irene Markowitz.

Merci à ce site http://www.zum.de/Faecher/G/BW/Landeskunde/rhein/pfalz/index.htm pour les photos des extérieurs et surtout des intérieurs de Benrath, le site officiel du château n'en fournissant aucune.

Image

Panorama, de nuit

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2006, 19:04 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
En petit complément, un portrait anonyme de Nicolas de Pigage,

Image Image

un dessin de Benrath

Image

et quelques portraits de Karl-Theodor :

:arrow: par Felix Anton Besold (1744)

Image

:arrow: par Anna Dorothea Therbusch (1763)

Image

:arrow: par Pompeo Girolamo Batoni

Image

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2006, 11:13 
Merci, Louis-Auguste, pour ce sujet passionnant. Ce lieu est réellement enchanteur... Quant au château, merveilleux.. Un endroit de rêve !
Les portraits sont également fort intéressants...


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2006, 21:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 16:42
Messages: 548
Localisation: Touraine
Merci pour cette présentation d'un lieu qui m'était inconnu.
Voici une visite à ne pas manquer à l'occasion d'un séjour dans la région de Düsseldorf ! :wink:

_________________
Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses. (Denis Diderot)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2006, 21:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2006, 20:34
Messages: 160
Je ne suis jamais allée en Rhénanie, mais l'image que je m'en faisais jusqu'alors était de type "industriel". Aussi vous remercie-je de nous faire découvrir ce lieu magnifique, qui confine au merveilleux...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Déc 2006, 00:12 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Je suis heureux, Aude, Maria-Antonia et Victoire-Adélaïde que vous appréciez Benrath. :P

Evidemment, dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, on trouve la Ruhr, région industrielle bien connue avec les villes de Essen, Bochum, Dortmund...mais elle est située un peu au Nord-Est de Düsseldorf.

Düsseldorf est une ville superbe, moderne, dynamique, culturelle, avec de magnifiques parcs et l'ombre de Heinrich Heine qui plane...
Napoléon, lorsqu'il y séjourna, déclara qu'elle était un petit Paris. 8)

Alors, si cela vous tente, n'hésitez pas ! Allez flaner sur la Königsallee - dites la pour ne pas passer pour des touristes :wink: - la grande artère commerçante de la ville.

Quelques images pour que vous prépariez vos bagages. :wink:
:arrow: L'Hôtel de Ville, la Kö (2 photos), Rheinturm de nuit, le château de Jägerhof, un immeuble moderne.

Image Image Image

Image Image Image

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Déc 2006, 01:59 
L'évocation de Heine m'émeut. J'avais lu, il y a longtemps de cela, "Junge Leiden" (Jeune souffrances) du "Buch der Lieder" (Le livre des chansons - 1827)
Les poésies de Heine sont admirables... Il faudrait que je m'intéresse davantage à ses autres écrits.
Sa vie est étonnante... Mais pardon pour cette digression... :wink:


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Déc 2006, 09:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2006, 20:34
Messages: 160
Oh ! On avait étudié cette ville en allemand, mais je ne me la représentais pas du tout comme ça ! Un séjour y serait donc agréable, d'autant plus que ce n'est pas très loin.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Juin 2008, 13:16 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 23:47
Messages: 5676
Localisation: Dans son monde...
Un autre portrait de l'architecte de Benrath, Nicolas de Pigage, trouvé sur la version allemande de Wikipédia.

Image

Nicolas de Pigage (1723-1796), par Anna Dorothea Therbusch

_________________
"La vie est comme une bicyclette. Tant que vous continuez de pédaler, vous avancez."
Otto de Habsbourg-Lorraine (20 novembre 1912 - 4 juillet 2011)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage