Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 27 Juin 2019, 07:11

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Dominique Vivant Denon
MessagePosté: 26 Avr 2007, 23:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
Je vous signale cette nouvelle parution.
Et ce, à l’occasion d’une exposition en cours au Musée Denon de Chalon sur Saône :

:arrow: Les itinéraires de Vivant Denon, dessinateur et illustrateur
Textes de Marie-Anne DUPUY-VACHEY

Le bec en l'air éditions (5 avril 2007)
96 pages, prix éditeur 28,00 €

Image

Note de l'éditeur :

Dominique Vivant Denon est célèbre pour les dessins qu'il a réalisés lors de la campagne de Napoléon en Egypte, qui ont contribué à la découverte de l'Egypte ancienne ; ce fut aussi le premier directeur du musée du Louvre dont il organisa les collections.
On connaît moins ses dessins personnels et son goût pour l'illustration, que l'auteur présente ici en sept chapitres à travers des oeuvres méconnues : Denon le Bourguignon, Denon portraitiste, Le libertin, Souvenirs de voyages, 'Sujets de fantaisie', Les ambitions de l'artiste, Dessins anciennement attribués à Denon.
Ce livre présente aussi un autre intérêt qui devrait ravir les amateurs de roman gothique : la publication des illustrations que Denon avait réalisées à partir du texte le Moine de Lewis, oeuvre sulfureuse de la fin du XVIIIe siècle, qui racontait les péripéties d'un moine des Capucins de Madrid, réputé pour son austérité, sous laquelle se dissimulait une âme particulièrement 'fourbe et dépravée'.
Viols, crimes, châtiments des victimes, interventions surnaturelles : cet extraordinaire roman licencieux séduisit Denon qui l'illustra.


L'auteur :

Historienne de l'art, Marie-Anne Dupuy-Vachey a travaillé pendant vingt ans au musée du Louvre, coordonnant différentes publications et expositions.
Elle a notamment participé à la rétrospective Fragonard (Paris - New York, 1987-1988) et fut commissaire délégué de l'exposition Vivant Denon, l'oeil de Napoléon (Paris, musée du Louvre, 1999-2000).
Elle est l'auteur de différentes publications sur Fragonard (Fragonard et le Roland furieux, Editions de l'Amateur, 2003) et sur Vivant Denon.

:idea: Pour l’exposition, voir ici :
http://www.bienpublic.com/quartier/viea ... L1071.html


:arrow: Vivant Denon, un collectionneur d'aventures (copié/collé depuis le site de la Fondation Napoléon).

Né à Chalon-sur-Saône en 1747, Dominique-Vivant Denon, après avoir fréquenté les ateliers d'artistes de la capitale, est rapidement introduit à la cour de Versailles.
Remarqué par Louis XV, il se voit attribuer à 21 ans la charge de Gentilhomme ordinaire du Roi. Si Julie ou le bon père, la pièce qu'il fit jouer à la Comédie française en 1769 n'eut qu'un faible retentissement, il en fut tout autrement de Point de lendemain, petit conte libertin devenu chef-d'œuvre du genre, publié anonymement en 1777.

Entre temps des missions pour le compte des Affaires étrangères conduisent Denon en Russie (1773-1774) puis en Suisse (1775), occasion qu'il saisit pour rencontrer Voltaire et faire son portrait.
C'est dans le but d'accompagner les artistes chargés d'illustrer le Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile de l'abbé de Saint-Non et pour en rédiger le texte, que Denon gagne l'Italie en 1777.
Alors que l'ouvrage en cinq volumes sera publié sous le seul nom de son commanditaire, l'abbé de Saint-Non, Denon est retenu à Naples en tant que secrétaire d'ambassade jusqu'en 1785.
A son retour en France, il revend à Louis XVI la collection de vases étrusques qu'il a rapportée et se fait admettre à l'Académie royale de peinture et sculpture en tant que graveur.

C'est ensuite à Venise qu'il élit domicile.
Il y partage son temps entre la peinture, la gravure qu'il enseigne, la recherche de nouvelles pièces pour enrichir sa collection et le salon d' Isabella Teotochi Marin sous le charme de laquelle il est tombé. Mais, soupçonné d'espionner pour le compte de la Convention il est expulsé de la Sérénissime en juillet 1793.

Grâce probablement à l'appui du peintre David, il peut rentrer en France et se faire rayer de la liste des émigrés. La gravure et les achats d'œuvres d'art accaparent alors Denon jusqu'à ce que l'expédition en Egypte transforme en destin un parcours pour le moins chaotique et un avenir incertain.

Agé de cinquante ans, Denon est sans doute le doyen de l'expédition qui embarque à Toulon au mois de mai 1798.
Après Alexandrie et le Caire, Denon, suit le général Desaix parti à la conquête de la Haute-Egypte. Une fois de retour à Paris qu'il a regagné en compagnie de Bonaparte, Denon va s'employer à faire graver les quelques trois cents dessins exécutés sur place, dans des conditions parfois périlleuses, et à mettre en forme le récit de son voyage qu'il publie à l'automne 1802, non sans l'avoir dédié au Premier Consul. L'ouvrage, immédiatement traduit dans différentes langues, confère à son auteur une réputation internationale sinon de savant, du moins de connaisseur et joua un rôle de premier plan pour la révélation de l'Egypte ancienne et contemporaine comme pour la diffusion de ses modèles artistiques à l'origine de l'égyptomanie.

Le 19 novembre 1802 Denon est nommé directeur du Musée Central des Arts.
Jusqu'à la chute de l'Empire, le premier directeur du Louvre va mettre entre parenthèse ses talents d'artiste et de littérateur, si l'on excepte sa volumineuse correspondance ici publiée. Mais c'est avec un enthousiasme à peine entamé par l'âge et les revers de la fortune qu'il les retrouvera en 1815 pour se consacrer à la publication de sa collection devenue une des plus célèbres de son temps, plus encore du fait de son éclectisme et de son originalité que de sa qualité.

Le 28 avril 1825, à près de quatre-vingts ans, le baron Denon s'éteint dans son appartement du quai Voltaire.
Ses deux neveux, Vivant-Jean et Dominique-Vivant Brunet-Denon, après avoir dispersé sa collection, achevèrent l'œuvre de leur oncle en publiant les lithographies réalisées d'après les principales pièces sous le titre des Monuments des Arts du dessin.




:idea: Une autre biographie du personnage sur ce site: http://perso.orange.fr/vivant.denon/index2.htm



:idea: Ou une émission à écouter :
Cliquer sur Télécharger cette émission.
http://www.canalacademie.com/Le-fabuleu ... rche=denon
http://www.canalacademie.com/emissions/hab215.mp3

Vous trouverez d’ailleurs sur ce site, j’en suis certain, d’autres reportages qui vous intéresseront.
Pour cela, voir la rubrique Histoire :wink:



:idea: Le site de la Fondation Napoléon propose un index de la correspondance professionnelle de Denon.
C’est parfois anecdotique, mais finalement plutôt intéressant.
On suit son travail et les mouvements d’œuvres d’art au grès des changements de régime…

Voici quelques exemples :

Objets trouvés à Salzbourg. Au maréchal Ney : http://www.napoleonica.org/denon/Corpus/den-777-2.xml

Portrait de Madame Louise au comte de Pradel, Directeur général du Ministère de la Maison du Roi : http://www.napoleonica.org/denon/Corpus/den-3591.xml

L’épée de Louis XVI. Au comte de Blacas : http://www.napoleonica.org/denon/Corpus/den-3117.xml

1200 œuvres rendus aux puissances alliés. Au baron de Ville-d'Avrai, Intendant général du Garde-Meuble :http://www.napoleonica.org/denon/Corpus/den-3585.xml

Tableaux à rendre aux princes étrangers. A M. Lamy, concierge du palais de Fontainebleau : http://www.napoleonica.org/denon/Corpus/den-3569.xml

L’index général est ici : http://www.napoleonica.org/denon/Index/den-indexA.xml



:idea: J’avais lu la « biographie » très littéraire de Philippe Sollers.
L’auteur saute parfois du coq à l’âne et les raccourcis historiques sont nombreux ; mais le tout est agréable, car aussi curieux que le personnage dont il est ici question.
Il ne faut pas s’attendre à une biographie universitaire, loin de là, mais à une sorte de bouillon de culture.
Secoué mais non agité. :wink:
Bref, je recommande.

:arrow: Le Cavalier du Louvre : Vivant Denon, 1747-1825
de Philippe Sollers
Chez Gallimard Folio (4 mars 1997)
322 pages, environ 7 euros

Image

Quatrième de couverture

Il a donc traversé tous les régimes ? Louis XV, Louis XVI, la Révolution, la Terreur, le Directoire, le Consulat, l'Empire, la Restauration ? Sans y perdre la tête ? Et vous dites qu'après avoir fondé le musée du Louvre, il a fini sa vie tranquillement à Paris, quai Voltaire, comme un collectionneur célèbre, visité de partout? Qu'il a son tombeau très officiel, avec statue, au Père-Lachaise ? Qu'il a connu tout le monde, les rois, les reines, Frédéric de Prusse, le cardinal de Bernis, Catherine de Russie, Pie VII, des généraux, des ambassadeurs, Robespierre, Joséphine, Napoléon, et aussi Diderot, Voltaire, Stendhal ? Il a donc vécu cent cinquante ans ? Non, soixante-dix-huit. Une vie tantôt calme et tantôt frénétique ; méditative, ou bien à cheval, au milieu des canons.

:idea: Philippe Sollers axe notamment son récit autour du Denon auteur (et de sa nouvelle qui lui est attribuée : « Point de lendemain ») et enfin du Denon collectionneur, en évoquant son fameux reliquaire (grâce auquel il déploie des chapitres tout à fait romanesques).

:arrow: Point de lendemain

Aux éditions Flammarion
217 pages, environ 4 euros.

Image

Présentation de l’éditeur

Ce récit, ciselé avec précision, entrelaçant l'ingénuité prétendue du narrateur, la peinture du plaisir et l'évocation d'un caractère de femme séductrice, s'inscrit dans la lignée des pièces libertines de Crébillon et Meusnier de Querlon.
Personnalité aux facettes multiples, Dominique Vivant Denon (dessinateur, graveur, écrivain, diplomate) est l'une des figures marquantes du monde des arts à la fin de l'Ancien Régime et sous l'Empire. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .


Quatrième de couverture

J'aimais éperdument la Comtesse de ... ; j'avais vingt ans, et j'étais ingénu ; elle me trompa, je me fâchai, elle me quitta. J'étais ingénu, je la regrettai ; j'avais vingt ans, elle me pardonna : et comme j'avais vingt ans, que j'étais ingénu, toujours trompé, mais plus quitté, je me croyais l'amant le mieux aimé, partant le plus heureux des hommes. Elle était amie de Mme de T..., qui semblait avoir quelques projets sur ma personne, mais sans que sa dignité fût compromise. Comme on le verra, Mme de T... avait des principes de décence auxquels elle était scrupuleusement attachée.

:idea: Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, écouter une lecture de cette œuvre.
C’est ici :
http://www.teleramaradio.fr/article.php ... ticle=329#



En ce qui concerne le reliquaire de Denon, voici un extrait du livre de Sollers:

Un reliquaire ? Mais oui. Dans la vente de 1826 qui disperse, après sa mort, son impressionnante collection personnelle, on trouve un reliquaire gothique, en cuivre doré, de la fin du XVe siècle ou commencement du XVIe.
Pas de doute, il s'agit bien d'une sorte de culte personnel de notre Vivant en plein recueillement fétichiste.
Il est devenu, entre-temps, outre G.O.D.R., membre de l'Ancienne Académie de peinture de l'Institut de France, membre fondateur de l'Institut d'Égypte, Directeur général des Musées Impériaux et Royaux, de la Monnaie, des Médailles, de Sèvres, des Gobelins, Officier de la Légion d'Honneur, Chevalier des ordres de Sainte Anne de Russie et de la Couronne de Bavière.
N'en jetez plus ! Et pourtant, il y a encore autre chose.

Voici la description de cet objet hypersurréaliste, et dites-moi, donc, si je n'ai pas raison de parler de roman :.

«Reliquaire de forme hexagonale et de travail gothique, flanqué à ses angles de six tourillons attachés par des arcs-boutants à un couronnement composé d'un petit édifice surmonté de la croix: les deux faces principales de ce reliquaire sont divisées chacune en six compartiments, et contiennent les objets suivants.
Fragments d'os du Cid et de Chimène trouvés dans leur sépulture, à Burgos.
Fragments d'os d'Héloïse et d'Abélard, extraits de leurs tombeaux, au Paraclet.
Cheveux d'Agnès Sorel, inhumée à Loches, et d'Inès de Castro, à Alcobaça.
Partie de la moustache de Henri IV, roi de France, qui avait été trouvée tout entière lors de l'exhumation des corps des rois à Saint Denis, en 1793.
Fragment du linceul de Turenne.
Fragments d'os de Molière et de La Fontaine.
Cheveux du général Desaix. »

Deux des faces latérales du même objet sont remplies:
L'une par la signature autographe de Napoléon.
L'autre par un morceau ensanglanté de la chemise qu'il portait au moment de sa mort, une mèche de ses cheveux et une feuille du saule sous lequel il repose dans l'île de Sainte Hélène.
À cette énumération, déjà longue, il conviendrait d'ajouter encore la moitié d'une dent de Voltaire, classée sous le numéro 1379 du même catalogue, parmi les "objets omis" et porté comme devant faire partie des souvenirs historiques décrits dans l'article qui précède.
Cette dent de Voltaire fut vendue avec ce lot, en 1826.
On trouve ce texte fabuleux dans La Relique de Molière du cabinet du baron Vivant Denon, publié en 1880, à Paris, par Ulric Richard Desaix, descendant du général du même nom.
Plaisanterie? Nullement. Humour? Ce n'est pas exclu. Folie ? Pourquoi pas. Manie ? Oui, et alors ? Message indirect? Bien sûr.




:idea: Moins anecdotiques que ce reliquaire, les collections de Vivant Denon étaient tout à fait impressionnantes.
Il conservait des toiles, dessins, sculptures d’artistes les plus illustres, tous estampillés de son sceau personnel (un crible et une fourmi, symboles du choix parcimonieux et de la patience du collectionneur).
Et notamment le fameux Gilles ou Pierrot de Watteau, qu’il découvre chez un brocanteur.




:idea: La transition est faite avec la présentation d’une future exposition, organisée au Musée du Louvre, autour de ce célèbre tableau. :wink:

:arrow: Watteau, Chardin... entrent au Louvre : la collection La Caze.

Voir ici.

Le communiqué de presse de cette prochaine exposition : là.

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Jan 2008, 18:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
Vu en librairie, mais que je n'ai pas pu m'acheter (trop cher :cry: ) :

:arrow: Négocier sur un volcan
Dominique-Vivant Denon et sa correspondance de Naples avec le comte de Vergennes (1782-1785)

Édition critique par Françoise Janin sous la direction de Jean-Claude Waquet.
Publié par la Direction des archives du Ministère des affaires étrangères (2007)
689 pages, environ 77 euros :roll:

Image

Note de l'éditeur :
Pour l'ironique Denon, modeste littérateur, grand voyageur, immense amateur d'art et d'antiquités devenu chargé d'affaires de France dans les Deux-Siciles, il ne fait aucun doute qu'au pied du Vésuve, il ne se passe rien de bon.
Aussi de la plume de ce témoin au trait rapide sortent en rafale des dépêches accablantes pour le roi de Naples, sa colérique épouse, leur faible premier ministre, leur terrible favori, leur politique enfin qui conduirait à la catastrophe le Sud, l'Italie et les intérêts des Bourbons. Mais à ce subalterne inquiet, plus imprécateur peut-être que négociateur, le prudent et modéré Vergennes prête depuis Versailles une oreille sceptique.
Leur correspondance, publiée ici pour la première fois dans son entier, n'est donc pas seulement la chronique d'une explosion politique annoncée. Elle l'est aussi d'une incompréhension et d'une suspicion croissantes, ainsi que des tortueuses intrigues de cour qui vont provoquer le rappel de l'encombrant Denon. Mais pendant les trois ans de sa mission à Naples, celui-ci aura eu le temps de monter un fascinant théâtre, sur lequel défilent Joseph II, Gustave III de Suède, le cardinal de Bernis et le comte Cagliostro, et un inquiétant jeu d'ombres, où se profilent l'ambitieuse Catherine II, l'impérieuse Marie-Antoinette et le toujours paternel Charles III d'Espagne.

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 15 Oct 2008, 22:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Mai 2006, 12:32
Messages: 776
Localisation: Paris
Vient de paraître :

:arrow: Sur l'expédition de Bonaparte en Egypte
Dominique Vivant Denon et Abd-al-Rahmân ibn al-Hasan al-Gabartî.
Chez Actes Sud, collection Babel (octobre 2008 )
329 pages. Environ 8,50 euros

Image

Note de l'éditeur :

L'armée française débarque en Égypte, près d'Alexandrie, le 2 juillet 1798, après une extraordinaire partie de cache-cache d'un mois et demi avec la flotte anglaise en Méditerranée. (...)
Bien au-delà des intentions personnelles de ceux qui ont conduit l'expédition, un immense événement a pris place, d'où l'Égypte et la France sortent à jamais différentes, parce que le regard que chacune d'elles porte sur le monde en est transformé. L'Égypte verra désormais autrement l'avenir. Et la France, autrement le passé. La première a subi l'effet de souffle de l'ouragan 1789, porteur des idées de liberté individuelle, d'égalité de droits, de la toute-puissance de la raison.
La seconde, en découvrant l'Égypte des pharaons, a enfin trouvé les sources d'une Histoire de l'humanité qui n'est plus chrétienne ou européenne, mais universelle.

De ce croisement de deux perspectives contraires, de cette rencontre inouïe dans un même espace de deux temps qui ne se touchent pas, il se trouve que nous possédons un double témoignage au jour le jour - deux chroniques qu'il suffisait de mettre en regard pour voir apparaître la trame de cette unique aventure.


:idea: A Paris, l'Institut du monde arabe présente, jusqu'au 29 mars 2009, l'exposition Bonaparte et l'Egypte, feu et lumière.
Lire notamment cet article de l'Express.

_________________
Cœurs sensibles, cœurs fidèles qui blâmez l’amour léger, si l’amour porte des ailes n’est-ce pas pour s’envoler ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage