Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 21 Nov 2017, 08:14

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 06 Mar 2009, 11:53 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1203
Localisation: Paris
Itô Jakuchû (1716-1800)


Image


Voici un bref sujet de présentation d'un artiste japonais du XVIIIème siècle, aussi méconnu en Occident qu'il est encensé en Chine et au Japon :oops: , engouement mérité pour un homme étrange et passionnant. Je l'ai moi-même découvert assez récemment :shock: :oops: , en visitant l'exposition du Musée Guimet consacrée au sanctuaire shintô de Kompira-San, le dieu de la mer.

Je ne m'attarderai pas sur cette exposition absolument extraordinaire, où l'on pouvait admirer l'intégralité de la décoration intérieure du temple, qui sortait du Japon pour la première fois depuis sa création au XVIIIème siècle. J'aurais d'ailleurs dû en faire un sujet pour le forum, mais... :oops: :oops:

Bref, les curieux peuvent se consoler en allant la voir (ou la revoir) sur le mode virtuel, en suivant ce lien.

http://www.guimet.fr/visite_konpira/index.html

Quatre des pièces de ce monument shintoïste, dont la structure date de la fin du XVIIème siècle, ont donc été décorées, en 1764, par le peintre "excentrique" zen Itô Jakuchû : bouddhiste fervent, celui-ci n'en était pas moins fort prisé par les temples shintô pour la perfection et la puissante originalité de ses création décoratives.

Né en 1716 à Kyôto, de son vrai nom Genzaemon, il était le fils d'un grossiste en fruits et légumes, métier qu'il exerça lui-même jusqu'à la quarantaine avant de se consacrer exclusivement à la peinture.
A partir de la fin des années cinquante du siècle, il se retira dans un pavillon construit sur la rive de la rivière Kamo, le Shin'en-Kan (la Maison du détachement du cœur) pour étudier la peinture chinoise et occidentale, tout en approfondissant sa pratique religieuse. Adepte de la secte Rinzai du Zen, il reçut alors son nom de peintre d'un de ses amis, le moine Daiten Kenzo : Jakuchû signifie (à peu près :oops: ) "pareil au vide", ou "qui aspire à la vacuité".

Cet "aspirant au vide" peut nous paraître étonnant, voire paradoxal, car il pratique un art de la somptuosité la plus extrême, alliant la surcharge érigée au rang de méthode au remplissage maximal de l'espace pictural. Il est pourtant un pur artiste zen, considéré comme un mystique de la meilleure qualité... et c'est pour la valeur religieuse de ses peintures qu'il est encore, semble-t-il, si prisé dans le monde bouddhiste.

Plutôt que d'en dire davantage :oops: , je préfère montrer quelques-unes de ses œuvres les plus fameuses.

Image Image


Image Image Image Image

Image Image Image Image Image

Image Image


La dernière œuvre reproduite est probablement la plus célèbre de Jakuchû, la plus étrange également. Intitulée "Oiseaux et animaux dans un jardin de fleurs", elle est composée de centaines de carrés de 1 cm de côté, chacun coloré individuellement pour composer un effet de mosaïque. Le résultat est... surprenant. :shock:

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 12:56 
Somptueuse exposition, en effet.
Merveilleux lien, on s'y croirait.

Citation:
Cet "aspirant au vide" peut nous paraître étonnant, voire paradoxal

Il ressort de sa peinture, une telle luxuriance, un éclat flamboyant...
C'est presqu'exubérant.
Nul dépouillement.

Merci, Claudine, pour cette superbe présentation.


Haut
  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 16:08 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1203
Localisation: Paris
Oui, moi aussi, je trouve l'exposition virtuelle très bien faite. Il est possible de voir le détail de chaque panneau, si mes souvenirs sont bons. :shock: :bravo:

Mais elle ne restitue malheureusement pas très bien l'éclat incroyable des peintures, ni l'effet d'extension de l'espace qu'elles créaient. Du coup, elle ne remplace pas l'impression extraordinaire que l'on éprouvait à se trouver dans ces pièces à la fois vides, et comme "hantées" par le contenu des panneaux qui les délimitaient. C'était particulièrement frappant dans la salle des fleurs décorée par Jakuchû, où la présence de ces curieux végétaux sur fond d'or était presque écrasante...
J'avais entendu parler de cette atmosphère particulière des temples shintô, créée par le contraste du dépouillement total de l'espace sacré (ni autels, ni statues, ni objets de culte, la présence des dieux n'étant symbolisée que par des ornements de papier) avec la magnificence des décors muraux. Mais je ne l'avais jamais éprouvée moi-même, et l'exposition parisienne permettait de faire cette expérience sans quitter la France, ce qui est une occasion assez rare. :lol: J'aurais dû la signaler, c'est dommage. :oops:

Pour ce qui est de Jakuchû, Sam a fait la grimace en lisant mon sujet, et prétend que je n'ai rien compris au personnage ni à son expérience religieuse. :oops: :mrgreen: Ca ne m'étonne pas. :mrgreen:
Il rectifiera et complètera quand il aura le temps... :lol:

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 16:40 
Citation:
J'avais entendu parler de cette atmosphère particulière des temples shintô, créée par le contraste du dépouillement total de l'espace sacré (ni autels, ni statues, ni objets de culte, la présence des dieux n'étant symbolisée que par des ornements de papier) avec la magnificence des décors muraux.


Justement, j'ai été frappée de ce type de contraste, en visitant virtuellement les salles majestueusement dénudées, aux seules ornementations murales.
L'effet est grandiose.

J'ai trouvé la source du choix de votre poétique avatar, Claudine. :D

Je trouve la peinture de cet artiste, puissamment dotée de vie et de grâce.
Pour tout dire, j'adore. :lol:


Haut
  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 17:21 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1203
Localisation: Paris
Je laisserai à Sam le plaisir de vous faire découvrir d'autres aspects de l'oeuvre de Jakuchû, très différents de ceux que j'ai sommairement présenté, Aude. :oops:

Mais si vous aimez cet artiste, regardez donc ce lien du musée national de Kyôto.

http://www.kyohaku.go.jp/eng/syuzou/mei ... tem08.html

Il permet d'observer de près les détails d'une des ses peintures au lavis les plus célèbres, qui témoigne de son don de peintre animalier.

Et puis, tout de même, juste pour s'amuser un peu. :oops: Que représente selon vous cette peinture de Jakuchû? :?: Tous ces légumes, tristement assemblés autour d'un gros navet couché sur une natte... :fou:

Image

Je pense que c'est assez facile à deviner, avec un minimum de connaissances en art bouddhique. Mais c'est original : je ne connaissais pas cette oeuvre, qui illustre une des tendances les plus radicales du zen...

La devinette n'est bien entendu pas réservée à Aude, mais s'adresse à tous les lecteurs du forum. :D

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 17:55 
Citation:
Que représente selon vous cette peinture de Jakuchû? Tous ces légumes, tristement assemblés autour d'un gros navet couché sur une natte...

Peut-être l'image des légumes a-t-elle un lien, de près ou de loin, avec le précédent état de grossiste, de l'artiste, qui aurait souhaité représenter ainsi la vénération de quelque divinité.

L'adverbe "tristement" me fait songer à quelque tragédie ou scène affligeante réunissant des adeptes.

Je vais chercher davantage. :lol:

Merci pour cet intéressant lien.


Haut
  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 18:42 
Le gros radis blanc représenterait-il Bouddha, entouré de fervents adeptes en effervescence, affligés de sa mort ?


Haut
  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 20:20 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1203
Localisation: Paris
Bravo, Aude, vous avez trouvé! :bravo:

Sauf que le Bouddha ne meurt pas, il entre dans le Parinirvana, l'extinction parfaite. Vous me direz, c'est la même chose, mais je n'en ai jamais été bien certaine. :oops:

Il s'agit pour l'art bouddhique d'une scène très souvent représentée, comme l'est pour l'art chrétien la crucifixion. A titre d'illustration, voici l'un des plus beaux exemples de l'art japonais, qu'on peut admirer au sanctuaire zen Horyuji de Nara. Il n'est pas du XVIIIème siècle, mais Itô Jakuchû le connaissait bien, étant lié à ce temple, et il l'avait probablement en tête quand il a composé son propre tableau.

Image

Le remplacement du Bouddha par un navet géant peut provenir de son expérience de vendeur de légumes, je n'y avais pas pensé. :oops: Mais il reflète surtout une anecdote très connue du Zen, qui raconte qu'un saint patriarche chinois (ne me demandez pas lequel, je l'ai oublié :oops: ) à qui l'on demandait : "Qu'est-ce que le Bouddha?" avait répondu : "C'est un navet de trois livres". :shock:

On est assez loin des conceptions occidentales de la religion :lol: . Imaginez un "Christ-navet", surtout dans une crucifixion... :shock:

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 20:22 
Hors ligne
Directeur des Bâtiments du Roi
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2005, 22:01
Messages: 354
Claudine Cavalier a écrit:
On est assez loin des conceptions occidentales de la religion :lol: . Imaginez un "Christ-navet", surtout dans une crucifixion... :shock:


Dans un sketch des Monty Python, c'eût été possible, j'imagine ! :mrgreen:

_________________
« De là aussi on peut tirer cette règle générale qui trompe rarement, si même elle trompe jamais : c'est que le prince qui en rend un autre puissant travaille à sa propre ruine ; car cette puissance est produite ou par l'adresse ou par la force : or l'une et l'autre de ces deux causes rendent quiconque les emploie suspect à celui pour qui elles sont employées. » (Machiavel)

phpBB [media]


A lifetime of adventure (Tuomas Holopainen)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2009, 20:30 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1203
Localisation: Paris
Bien sûr :mrgreen: .
La différence avec le bouddhisme est qu'une telle représentation ne serait pas faite d'un point de vue chrétien. On serait dans l'irrévérence, voire dans l'hostilité pure. Alors qu'ici, pas du tout.
La peinture de Jakuchû n'a, semble-t-il, jamais été perçue comme irrévérencieuse, et sert couramment de support de méditation aux bouddhistes les plus pieux. Du reste, du point de vue du Zen, la réponse du patriarche est vraie : Bouddha est un navet.

Ah, c'est une autre conception que la nôtre... Je n'y ai jamais compris grand chose :oops: , mais j'aime bien. :D

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage