Annonce du forum à l'attention des invités

Bienvenue sur la nouvelle mouture de La Folie XVIII e. :D

Vous êtes invité(e) à vous identifier ou, à défaut, vous enregistrer, pour pouvoir profiter pleinement de ce forum. 8)

Louis-Auguste & M. de Marigny, administrateurs



Nous sommes le 25 Avr 2019, 13:57

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 184 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 15, 16, 17, 18, 19
Auteur Message
 Sujet du message: du singe pélerin
MessagePosté: 28 Juin 2008, 14:02 
Hors ligne

Inscription: 03 Jan 2008, 00:10
Messages: 40
Localisation: Tremblay (93)
:P L'érudition de Sam et de Claudine, puits de connaissance, est toujours aussi admirable. Merci à eux de leurs exposés clairs et fouillés !

Je n'ai pas la compétence requise pour y participer mais je voudrais, signalant un détail, donner une information à propos du roman Les périgrinations vers l'Ouest.

J'ai appris samedi dernier que ce roman a été écrit au XVI° siècle et que c'est une oeuvre importante de la littérature chinoise. Des recherches que j'ai effectuées samedi dernier, j'ai tiré qu'il en existe deux versions en français. Une longue qui est la traduction intégrale du roman ; et une courte qui est un condensé. Cette dernière a été publiée chez Payot.

Les personnages principaux sont un singe et un moine.

Le singe -- dit le Roi-singe -- a, du fait de son caractère, des problèmes relationneles avec ses congénères et les quitte.

Le moine part vers l'Ouest pour aller chercher en Inde des textes sacrés et les ramener ensuite en Chine.

Le singe l'accompagne et le livre raconte leurs aventures au cours de ce voyage.

Parmi les autres personnages, il y a un cochon qui joue un rôle important.

On trouve sur internet cette équivalence : hau* = singe-pélerin.

Ma valeur ajoutée, ici, sera d'éclairer cette égalité : elle est vraie dans le contexte du roman ; elle ne l'est pas en général.

En effet, une photographe viêt-namienne qui vit au Viêt-Nam m'a indiqué cette semaine que le mot HAU, mais * avec un A accent circonflexe surmonté d'un accent grave est un mot d'origine chinoise qui signifie SINGE, en général. Pour voir ce mot écrit avec ces accents, voyez le bandeau titre de cette page-ci http://hauquyen.free.fr/index.html
(par ailleurs remarquable quant à sa présentation de la structuration des arts martiaux traditionnels viêt-namiens en France en 1973 - mais ceci est hors notre sujet).

Le viêt-namien a un autre mot pour dire singe en général.

Donc, ce hau* désigne le singe dans le contexte de ce roman chinois où le singe accompagne le moine dans son pélerinager vers l'Ouest et est de ce fait un singe pélerin.

Singe pélerin ne signifie pas une espèce particulière de singe. Alors que chez le Requin, "requin pélerin", c'est une espèce particulière de Requin. Et que chez le Faucon, "faucon pèlerin" est une espèce particulière de Faucon.

Voici quelques liens que j'ai collectionnés la semaine dernière et qui vous permettront d'en savoir plus sur ce roman et sur la rencontre de ce singe et de ce moine avec les Immortels :

:arrow: http://roudotf.canalblog.com/archives/2007/10/31/6728727.html
:arrow: http://www.chine-informations.com/guide/chine-le-roi-des-singes-voyage-en-occident_358.html
:arrow: http://www.artsmartiauxchinois.org/dossiers/d68/index.php
:arrow: http://fr.freepedia.org/Xiyouji.html
:arrow: http://mythologica.fr/chine/texte/voyage_occident.pdf

Cela vous permettra, en sus de l'exposé de Claudine, de vous initier à ce que sont et font certains des personnages figurés part l'art taoïste du XVIII° en Chine. Bon voyage en mythologie !

_________________
http://www.flickr.com/photos/veitke/
Mieux vaut être qu'avoir, et être qu'avoir été.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Avr 2009, 08:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Sep 2007, 13:04
Messages: 532
Je donne un petit complément à ce sujet, à la faveur du film Les Trois Royaumes qui sort en ce moment sur les écrans en France, et dont, peut-être, vous avez pu voir les affiches. :oops:

Ce film n’a rien à voir avec le XVIIIème siècle, donc je n’en parlerai pas :oops: , mais il faut savoir, que certains de ses personnages sont devenus des dieux pour le taoïsme. Ces grands hommes qui vivaient au IIIème siècle, renommés pour leurs vertus, ont été considérés comme montés à leur mort dans les cieux taoïstes et donc, ils ont bénéficié d’un culte assez tôt dans cette religion.
Ici je voudrais juste montrer un bel exemple du XVIIIème siècle, d’une série de statues consacrées aux dieux du royaume de Shu. C’est un des trois royaumes du film, dont le territoire correspond aujourd’hui en gros :oops: aux Hunei, Hunan et Sichuan, et un petit peu du Shaanxi. Il n’a pas existé longtemps, pas plus que le royaume de Wu, son allié dans le film : ces royaumes sont devenus ennemis et se sont entredétruits très rapidement. Mais les seigneurs qui les avaient fondés et défendus sont devenus des dieux.
Pour Shu, donc, son roi Liu Bei, son ministre Zhuge Liang et ses généraux, frères jurés du roi, Guan Yu et Zhang Fei, ont tous été divinisés. A la fin du XVIIème siècle, sur un très vieux temple qui leur était consacré à Chengdu, proche du tombeau de Liu Bei, on a érigé un temple nouveau, riche et luxueux, le "Temple du Marquis de Wu" (titre de Zhuge Liang) ; on y a placé, durant le siècle suivant, des statues les représentant.

En voici quelques-unes. Dans l’ordre, Guan Yu (deux fois), Liu Bei, Zhang Fei et Zhuge Liang.

Image Image Image Image Image

Ces statues ne peuvent pas être datées avec certitude :oops: , sauf leur siècle, qui est le XVIIIème. Elles sont en bois, partiellement articulées et munies de cheveux et de barbes naturels. Leurs vêtements sont peints. Elles témoignent d’une forme d’art taoïste local, mais raffiné, très développée en Chine à cette époque, et l’image qu’elles donnent de ces « dieux fondateurs » est devenue classique. Ce mot n’est pas très bon, et peut-être il faudrait écrire plutôt qu’elle est devenue « de convention ». Je veux dire, que par la suite on les a presque toujours représentés ainsi, et dans le film encore aujourd’hui, on peut voir l’influence de ce type de figuration dans les costumes et les attitudes des personnages.
Ces dieux sont toujours très vénérés actuellement ; leur culte n’a jamais été interrompu, ce qui explique que ces statues aient pu être préservées, alors que la plupart du même genre en Chine ont été détruites au cours du XXème siècle. :oops:

_________________
Quand on sonde les choses, les connaissances s'approfondissent.
Les connaissances s'approfondissant, les désirs se purifient.
Les désirs une fois purifiés, le cœur se rectifie.
Le cœur étant rectifié, on peut réformer sa personne.

Kong Tseu, La Grande Etude


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Avr 2009, 09:19 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1200
Localisation: Paris
C'est vrai qu'ils sont beaux : ils donnent envie d'aller les voir en vrai. :oops:

Et qu'ils sont paisibles... (sauf Zhang Fei évidemment :lol: ) : c'est étrange, d'avoir fait de seigneurs de la guerre, qui devaient tout de même être assez sanguinaires, des images de divinités aussi sereines. Bon, vous allez me dire que c'est très taoïste :oops: :lol: . A ce propos, j'ai une question : on sent une forte influence de l'art bouddhique dans de type de statuaire, non? Ces sourires, ces visages... et ces oreilles! :lol: On dirait des bouddhas revêtus d'atours taoïstes. Est-ce que c'est un trait typique du XVIIIème siècle?

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Avr 2009, 12:33 
Hors ligne
Régicide
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005, 18:49
Messages: 1200
Localisation: Paris
Ah, et puis encore une question : est-ce que vous pouvez préciser comment ces sculptures ont été conservées? Cela me paraît extraordinaire, puisque, comme je m'en suis aperçue en faisant quelques recherches pour nourrir ce sujet :oops: , la quasi-totalité des grandes sculptures de temple taoïstes du XVIIIème siècle (et des siècles précédents) a été détruite. Ces pièces ont été victimes du décret impérial de 1898 qui ordonnait la saisie des "biens taoïstes" et la destruction des idoles des "cultes populaires" : il semble que ce décret n'ait pas épargné grand chose dans les temples, et le peu qui a été préservé a disparu lors des destructions dûes au communisme :( . Il existe des exceptions, évidemment, certains temples et leur contenu ayant été protégés par leur inscription au registre des cultes impériaux : c'est par exemple le cas du Temple du Nuage blanc à Pékin dont il a déjà été question ici. Mais je n'ai pas l'impression qu'un sanctuaire local comme le Temple du Marquis de Wu ait pu bénéficier de ce type d'exemption...

Donc si vous pouvez nous en dire plus, merci d'avance. :D

_________________
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots.
Jean Jaurès


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 184 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 15, 16, 17, 18, 19

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson. Stone textures by Patty Herford.
With special thanks to RuneVillage